Suppression des glandes sudoripares dans le …

Suppression des glandes sudoripares dans le ...

Archive pour la &# 8216; Maladies A-I&# 8217; Catégorie

Contact Dermatitis (CD) est une éruption cutanée sur la peau en réponse à un contact avec une substance chimique. L’éruption de la dermatite de contact ne semble pas en réponse à la nourriture consommée ou particules inhalées. Il est seulement en raison du contact physique de la peau avec la substance en cause. Il existe deux formes de dermatite de contact: irritants et allergiques.

la dermatite de contact irritant est le plus fréquent et se produit en réponse à une agression physique ou chimique à la couche externe de la peau. En d’autres termes, il est une réponse à un effet toxique direct sur la peau. Toute personne qui serait exposée à un tel effet serait de développer une éruption cutanée. L’éruption associée apparaît caractéristique peu après l’exposition. irritants forts ont tendance à causer des dommages à la peau évidente en quelques heures alors que les irritants les plus faibles peuvent nécessiter plusieurs expositions pour développer la dermatite. Des exemples d’irritants comprennent les acides, les alcalis, les solvants, les adhésifs et les détergents.

dermatite de contact allergique
qui est connu comme une réaction « hypersensibilité de type retardé». Il est une réponse immunitaire qui provoque une inflammation des tissus. Il arrive dans certains, mais pas tous les gens exposés à un produit chimique. Pas d’antécédents d’eczéma est nécessaire, comme la dermatite de contact allergique peuvent survenir chez des patients avec ou sans l’eczéma. Sensibilisation ou amorçage de la peau se produit 1 à 2 semaines après la première exposition. L’exposition subséquente conduit à des heures imprudents jours après la ré-exposition. Voici une liste des allergènes communs causant la dermatite de contact allergique:

Poison Ivy, le chêne et le sumac: L’herbe à puce et de chêne sont coupables communs de dermatite de contact allergique au cours de la période estivale. Les allergènes sensibilisants sont pentadecylcatechol et heptadecylcatechol qui se trouvent dans la sève de ces plantes. Sensibilité au poison ivy, chêne et sumac résultats dans la sensibilité aux autres plantes de la même famille qui inclurait noix de cajou, la mangue et les arbres de laque.

Iode: préparations d’iode sont largement utilisés dans les antiseptiques. Le degré de la dermatite de contact allergique provoquée par l’iode varie en fonction du type de préparation. Une étude réalisée par Lee et al testé l’iode dans de la vaseline, de l’iode à 70% d’alcool isopropylique et de la povidone-iode. Il a été constaté que, lorsque l’iode est complexé avec de la povidone, moins sujets ont développé une dermatite.

Nickel: la sensibilité de nickel est généralement observée chez les femmes portant des boucles d’oreilles de nickel. Le nickel est également présent dans les boutons de jeans, des bijoux fantaisie et montres-bracelets. Il est important de noter que, bien que l’acier inoxydable utilisé dans certains bijoux a nickel, il est si étroitement lié qu’il ne provoquent généralement pas une réaction allergique.

Caoutchouc: Les allergènes en caoutchouc les plus fréquents sont mercaptobenzothiazole et thiurame. Chaussures et gants sont les causes les plus fréquentes de la dermatite de contact allergique en caoutchouc. La réaction sera généralement limitée aux mains ou les pieds dans une distribution inégale où il y a eu un contact direct avec le caoutchouc.

Certains médicaments topiques: Benzocaïne 5% (une réaction croisée avec Para-aminobenzoïque (PABA) contenant un écran solaire), sulfate de néomycine 20%, Ethylenediamine 1% ont tous été documentés comme des causes possibles de la dermatite de contact allergique.

Produits de beauté: Une allergie à un ou plusieurs ingrédients d’un produit spécifique est habituellement présent. Paraphénylènediamine est un colorant trouvé dans la coloration des cheveux permanente. Sensibilisation à la paraphénylènediamine se produit chez les coiffeurs et les clients qui ont les cheveux colorés. Quand il est complètement oxydé, comme le colorant sur un manteau de fourrure, la paraphénylènediamine est plus une source de dermatite de contact allergique.

Présentation:
L’éruption est souvent très prurigineuse. L’apparition de l’éruption dépend du stade. Dans la phase aiguë, on peut s’y attendre pour voir des taches rouges et des bosses remplies de liquide (vésicules) avec suintement; le gonflement peut également être présent. Dans la phase chronique, nous nous attendons à des changements à long terme tels que l’encroûtement, l’épaississement et la desquamation.

Diagnostic:
Le diagnostic est généralement posé cliniquement. Une histoire détaillée de l’occupation, les habitudes d’hygiène, et passe-temps est souvent nécessaire de trouver le coupable. L’agent causal de la dermatite de contact allergique peut être identifié par un test de patch. En fait, les tests de patch est le seul moyen de différencier une dermatite de contact irritant et la dermatite de contact allergique. Cliniquement et même sous un microscope, ils ne peuvent être distinguées de manière fiable. Dans les tests de patch, de multiples produits chimiques différents sont appliqués à des correctifs qui sont collées sur un dos du patient. Les patchs sont ensuite retirés au bout de 48 heures et interprétées par un dermatologue après 48 et 96 heures. les tests de Patch est indiqué dans les cas suivants: 1) le diagnostic est dans le doute, 2) éruption ne répond pas au traitement, 3) éruption réapparaît.

Traitement:
Porter des vêtements de protection, et d’éviter l’allergène de contact sont les deux moyens les plus importants pour prévenir d’autres dermatites. Il faut également éviter l’exposition de l’eau fréquentes car il va sécher et chap la peau. Hydratant joue un rôle clé en aidant la guérison naturelle de la peau.

Pour les symptômes, les pansements astringentes ou des bains apaisants réduisent des pleurs et des démangeaisons tandis que histaminiques oraux aident souvent les démangeaisons. Refroidir compresses d’eau du robinet sont utiles si les vésicules sont présentes. stéroïdes topiques généralement aider à diminuer la réaction inflammatoire qui provoque tous les symptômes associés à la dermatite de contact. Dermatologues utilisent fréquemment un stéroïde topique pour la thérapie légère à modérée des éruptions cutanées. Les stéroïdes systémiques peuvent également être utilisés pour les cas graves.

Les références:
J. Bourke; I. Coulson; J. English: Lignes directrices pour la gestion de la dermatite de contact: une mise à jour. Le British Journal of Dermatology. 2009; 160 (5): 946-954
S. K. Lee; H. Zhai; H. I. Maibach: dermite allergique de contact à partir de préparations d’iode: une énigme. Exog Dermatol 2002; 1: 238-24

Marigdalia K. Ramirez-Fort
Ponce School of Medicine
Ponce, Porto Rico

Alexander Doctoroff, D.O. F.A.O.C.D.
Chef adjoint de dermatologie, Veterans Administration Medical Center
East Orange, New Jersey
Professeur adjoint de clinique de médecine,
Université de médecine et de dentisterie du New Jersey.
www.metropolitanderm.com

Les hémangiomes sont la croissance bénigne la plus fréquente dans l’enfance, se produisant dans 10% des bébés nés à terme et jusqu’à 25% des bébés prématurés. Ils représentent la croissance de vaisseaux sanguins excessive, le plus évident dans la couche de derme de la peau, mais ils peuvent se produire dans la couche graisseuse de la peau, et également plus profondément dans le corps, comme dans le foie. Pour des raisons obscures, ils se produisent 3 fois plus souvent chez les filles. 60% des hémangiomes se produisent dans la région de la tête et du cou, mais ils peuvent se produire partout sur ou à l’intérieur du corps.

Diagnostic et travailler jusqu’à

La plupart des hémangiomes peuvent être diagnostiqués par l’histoire et l’examen physique seul. Dans la plupart des cas, l’hémangiome est pas présent à la naissance, mais apparaît comme une petite tache rouge dans les deux premières semaines de vie. Il commence alors à croître plus vite que l’enfant grandit, souvent en saillie au-dessus de la surface de la peau. La plupart des hémangiomes vont cesser de croître quelque part entre 6-12 mois et ensuite commencer à régresser. La couleur rouge vif devient plus pâle, avec des taches de blanc grisâtre, et l’hémangiome perd son aspect engorgé (Fig. 1). Hémangiomes rétrécir très lentement, sur une moyenne de 5 ans. Les parents devraient se rendre compte que cela signifie que certains hémangiomes prendra plus de 5 ans (même dans les premières années d’adolescence) pour réduire complètement.

Hémangiomes dans la couche de gras ont tendance à apparaître plus bleu dans la pigmentation que le rouge, et certains hémangiomes aura à la fois une partie rouge superficielle centrale et une partie sous-cutanée profonde bluer (Figure 2) .

Les hémangiomes qui impliquent la région de l’oeil risque de blocage de la vision et possible une déficience visuelle permanente, par conséquent, ces bébés devraient être évalués par un ophtalmologiste pédiatrique. (Figure 3) Les hémangiomes qui se produisent sous les cordes vocales sont potentiellement la vie en danger à cause de obstruction des voies respiratoires, et ceux-ci devraient être immédiatement évalués par un oto-rhino-pédiatrique. Les grandes hémangiomes faciaux justifient une IRM pour écarter d’éventuelles anomalies connexes du cerveau, ainsi que d’une évaluation cardiaque possible d’exclure des anomalies cardiaques et des gros vaisseaux. Rarement, une fente sternale peut également se produire. Cette constellation de conclusions été donné le nom de syndrome PHACES &# 8211; Postérieure anomalies crâniennes fossa, hémangiome, des anomalies artérielles, des anomalies cardiaques et coarctation de l’aorte, des anomalies oculaires et Sternal palatine, mais les patients ne doivent avoir toutes les anomalies d’être diagnostiqués avec ce syndrome.

Hémangiomes impliquant le dos et les fesses centrale justifient une IRM pour écarter une éventuelle anomalie de la moelle épinière (lipomyéloméningocèle avec cordon attaché), et d’autres anomalies génitales et urologiques doivent être vérifiés. Il y a une autre constellation de constatations appelées syndrome BASSIN – hémangiome périnéale, des malformations des organes génitaux externes, lipomyéloméningocèle, défauts vésico-rénal, imperforation anale, et étiquette de la peau, et encore une fois, les patients ne doivent pas avoir toutes les anomalies de remplir le diagnostic, mais ils devraient être exclus. (Figure 4)

Les bébés qui ont 6 ou plus hémangiomes externes doivent avoir une échographie pour écarter le foie ou la rate hémangiomes possibles. Les grandes hémangiomes hépatiques peuvent inactiver l’hormone thyroïdienne, ce qui entraîne une hypothyroïdie symptomatique. De plus grande hémangiomes du foie et toute très grande hémangiome ailleurs peut mettre une pression supplémentaire sur le coeur résultant de l’insuffisance cardiaque à haut rendement.

Enfin, il y a toujours des exceptions à la règle – certains hémangiomes rétrécissent très rapidement dans un an (RICH – involuant rapidement hémangiome congénitale) (Figure 5) et certains semblent jamais se rétrécir, le maintien d’une pigmentation bleuâtre avec de petits vaisseaux rouges superficielles et une température très chaude en raison de l’augmentation du flux sanguin. (NICH – hémangiome congénitale non-involution) (Figure 6)

La biopsie réelle est rarement indiquée, sauf si le diagnostic reste incertain. En de rares occasions autres tumeurs peuvent imiter hémangiomes, dans ce cas, une biopsie peut être justifiée. hémangiomes classique de l’enfance tache positive pour Glucose protéine transporteuse 1 (Glut-1). Fait intéressant, ni riche ni NICH hémangiomes tache positive pour Glut-1.

La grande majorité des hémangiomes peut être traitée de façon conservatrice avec l’observation de série et de réconfort parental. Les hémangiomes typiquement croître pendant 6-12 mois, puis atteint un plateau et rétrécir lentement sur une moyenne de 5 ans. Il a été estimé que jusqu’à 70% des hémangiomes sera adéquatement régresser et ne nécessitent aucun traitement supplémentaire.

Cependant, cela laisse encore 30% des hémangiomes qui peuvent parfois laisser une déformation importante, et toutes les méthodes de traitement devraient être discutées avec les parents pour éviter les problèmes médico-légaux selon laquelle les parents peuvent se sentir une option de traitement a été retenu d’eux qui auraient pu empêcher une déformation permanente.

Les hémangiomes qui menacent les voies respiratoires ou de la vision de l’enfant ne peuvent pas être suivies de façon conservatrice, et l’intervention médicale est indiqué, généralement sous la forme de la corticothérapie. Dans la majorité des cas, il est administré par voie orale sous la forme de prednisolone, 2-4 mg / kg / jour mélangé avec le repas du matin. Liquid Zantac est souvent prescrit en même temps. Une fois qu’une réponse est détectée, les stéroïdes peuvent être coniques lentement. Certains praticiens du cycle sur et en dehors des stéroïdes tandis que d’autres vont commencer à une dose élevée, puis reculer lentement vers le bas, parfois heurter la dose légèrement effilée et plus lentement si la croissance de rebond est détecté &# 8211; le graphique de dosage qui ressemble à un tour de montagnes russes. Les bébés sur la corticothérapie ne peuvent pas recevoir des vaccins en direct-attentuated virus (rotavirus, la rougeole, les oreillons, la rubéole, varicelle) jusqu’à ce que les stéroïdes ont été interrompus pendant au moins un mois.

Les stéroïdes peuvent également être injectées dans les hémangiomes toutes les 4-6 semaines en utilisant des préparations à absorption lente tels que la triamcinolone (Kenalog), mais dans la région des yeux, ce ne doit être effectuée par un ophtalmologiste en raison du risque potentiel de particules de stéroïdes qui voyagent à travers le flux sanguin à l’œil, ce qui provoque la cécité.

crème stéroïde topique (clobetasol propionate – Temovate) peut être appliquée à des hémangiomes relativement indolente, mais la quantité d’absorption de stéroïdes est imprévisible, et donc la voie orale est préférée pour les hémangiomes qui menacent la vision, la respiration, ou une déformation permanente significative. La crème topique peut être appliqué une fois par jour de façon cyclique, deux semaines, deux semaines de congé aussi longtemps que jugé nécessaire.

Le laser le plus couramment utilisé pour les hémangiomes est le laser à colorant pulsé jaune. La lumière laser est absorbée par le sang dans les vaisseaux, provoquant leur échauffement, gonflent, et éclater. La lumière pénètre seulement environ 1-2 mm dans la peau, donc le laser fonctionne mieux sur les petits hémangiomes plats. L’effet est imprévisible. Certains hémangiomes semblent rétrécir et disparaître avec un seul traitement. La plupart des hémangiomes présenteront un certain retrait initial mais alors afficher une croissance de rebond dans les 2-3 semaines, ce qui justifie une série de traitements au laser jusqu’à ce qu’aucun autre croissance est perceptible. Certains hémangiomes montreront peu ou aucun avantage pour le traitement au laser. Les grands hémangiomes épais ne répondent pas bien que la lumière ne peut pas pénétrer très profondément dans les tissus. Les parents doivent être conscients que les traitements au laser sont douloureuses, bien que pré-traitement avec une crème anesthésique topique et un spray de refroidissement attaché au laser peut réduire l’inconfort des séances de laser.

Le laser à colorant pulsé jaune a deux autres utilisations dans hémangiomes. Les hémangiomes qui ont ulcérée (la peau sus-jacente casse ouverte) peut être extrêmement sensible, en particulier dans la région génitale et les fesses. Le laser peut aider à diminuer la douleur de manière significative dans les 24-48 heures (probablement par cautériser terminaisons nerveuses sensibles) et également d’accélérer le taux de guérison (peut-être en provoquant la suppression de l’hémangiome temporaire) chez de nombreux patients. hémangiomes âgées qui ont rétréci, mais les navires d’araignée résiduels laissés dans la peau peuvent être traitées avec le laser pour réduire la taille et le nombre de navires. Souvent, plus d’une séance de traitement est nécessaire pour obtenir les meilleurs résultats (Figure 7) .

Interferon et bêta-bloquants

Dans l’interféron alfa-2a les années 1990, a montré des résultats prometteurs dans la suppression de l’hémangiome, des effets secondaires importants mais ont limité son utilisation pour la vie ou hémangiomes menaçant la vision qui semblent résistantes à la thérapie aux stéroïdes.

Très récemment les bêta-bloquants ont été montré pour supprimer de manière significative grande hémangiomes, bien que le mécanisme exact reste incertain. L’utilisation des bêta-bloquants exige actuellement la surveillance initiale de soins intensifs, et est généralement limitée aux hémangiomes résistants aux stéroïdes importants qui sont la vie ou de la vision menaçant, ou susceptibles de causer d’autres graves déformations du visage. Comme plus d’expérience avec cette thérapie, les indications thérapeutiques et les protocoles vont évoluer de manière appropriée.

Chirurgie pour hémangiomes

Le rôle de la chirurgie dans le traitement des hémangiomes a évolué de façon significative. Initialement pédiatres ont appris à suivre la majorité des hémangiomes conservatrice, conseiller aux parents d’attendre au moins 5 ans, puis orienter les patients pour l’excision chirurgicale ou révision si le hémangiomes n’a pas réussi à développante de manière adéquate. Cette stratégie a très bien fonctionné pour la majorité des familles, on estime que 70% des patients ont nécessité aucun traitement chirurgical.

Malheureusement, 30% des hémangiomes ne rétrécit pas de façon satisfaisante, en laissant soit mince, Crépey peau redondante, volumineux tissu cicatriciel gras, cicatrisation dermique (qui se produit toujours si un hémangiomes a ulcérée à un moment donné), ou la déformation des traits du visage, y compris le nez, les lèvres, les paupières et les oreilles, ou déformation du tronc et des extrémités. La chirurgie est souvent indiquée dans ces situations, et chaque patient doit être évalué individuellement pour déterminer le calendrier et l’étendue appropriée de la chirurgie.

Avec la popularité de l’Internet, les parents sont bien conscients de la variété des options de traitement, et le pendule ont peut-être allé trop loin sur le côté chirurgical. Alors que la chirurgie précoce est souvent une bonne option, l’excision chirurgicale toujours laisse une cicatrice, et les parents impatients et trop agressifs chirurgiens font peut-être certains patients un mauvais service à long terme si elles acceptent une cicatrice chirurgicale permanente pour quelque chose nature aurait pu complètement effacé. La chirurgie est appropriée si l’on peut être raisonnablement certain que l’involution naturelle laissera un mauvais résultat.

Les hémangiomes peuvent être excisées au cours de la phase de croissance précoce ou après de nombreuses années quand il y a une déformation résiduelle et l’amélioration aucune autre perception, ou entre les deux. Il est une combinaison de jugement clinique et les observations des parents qui aident à déterminer quand il convient de procéder à une intervention chirurgicale.

Excision au cours de la phase d’un hémangiome de croissance peut être envisagée pour des hémangiomes problématiques telles que celles qui ont ulcérée et saigné de manière significative. Ceux-ci sont assez rares, mais parfois un hémangiome ulcérée érode dans un vaisseau artériel, provoquant une hémorragie gicle, ou parfois un hémangiomes ulcérés peuvent suinter assez pour causer de l’anémie. Dans un tel cas, la chirurgie peut se compose de placement de suture autour de la zone de saignement, ou si l’hémangiome est suffisamment petit, l’excision complète et la fermeture de suture de la plaie. Dans cette situation, la création d’une cicatrice chirurgicale permanente est un échange intéressant pour le contrôle du saignement et de la paix d’esprit des parents (Figure 8) .

Excision pendant la phase de régression

La majorité des hémangiomes peut être excisé à un moment donné pendant la phase de retrait, avant de terminer l’involution. À ce stade, il n’y a plus de croissance, mais il y a encore une circulation active à travers les vaisseaux hémangiome résiduels. Si on détermine que le retrait non satisfaisant est susceptible de se produire, et si l’opération peut être effectuée avec une perte de sang acceptable, l’excision chirurgicale peut être envisagée. Dans de nombreux cas, les limites de l’hémangiome sont bien définis, il y a relâchement de la peau adjacente adéquate pour la fermeture et l’hémangiome peut être excisé avec un minimum de perte de sang périphérique en restant à lui (Figure 9). hémangiomes pédiculés peuvent souvent être excisées avec une relativement courte cicatrice. Hémangiomes à la fois avec un composant dermique central et d’un composant sous-cutané périphérique peut généralement être incisée tout périphérique à la partie centrale, puis la totalité hémangiome enlevé à travers l’ouverture centrale.

Hémangiomes qui infiltrent la peau adjacente normale et sont trop gros pour être excisées dans leur intégralité sont plus difficiles. Non seulement il y a des saignements plus peropératoire parce qu’il faut couper à travers l’hémangiome, mais le chirurgien doit également décider combien hémangiome de quitter volontairement derrière pour éviter une carence des tissus mous à l’avenir. Cela se produit généralement avec la lèvre et pointe du nez hémangiomes, debulking agressif ou excision complète peut entraîner des lèvres à long terme insuffisante ou le volume de la pointe nasale, surtout si l’hémangiome résiduelle continue à se rétrécir de plus que prévu.

Il peut être souhaitable de mettre en scène volontairement la procédure dans au moins 2 opérations distinctes. La première procédure supprime la majorité de la masse, puis la seconde procédure peut affiner toutes les asymétries résiduelles qui persistent après au moins une année de suivi. Les parents doivent être informés de ce qui peut raisonnablement être prévu, que la symétrie peut être un objectif impossible, et que plusieurs révisions peuvent être nécessaires pour obtenir les meilleurs résultats.

Après excision complète régression

Beaucoup hémangiomes laisseront derrière eux une combinaison de redondance étiré la peau et du tissu sous-cutané fibro encombrant après les navires ont involué. Ces patients sont les candidats les plus sûrs pour debulking chirurgicale, car il y a peu ou pas de vaisseaux résiduels, et il est beaucoup plus facile de juger combien les tissus mous de laisser derrière. Une cicatrice chirurgicale lisse est généralement supérieure à un monticule en saillie ou la peau redondante lâche. Dans la plupart des cas, cependant, les patients et leurs parents seront réticents à attendre jusqu’à ce que le retrait complet parce que la période d’attente se prolongera dans les premières années d’école.

Le traitement chirurgical des hémangiomes dans des cas particuliers

Certains hémangiomes semblent avoir une grande propension à quitter la déformation résiduelle, en particulier dans la zone du visage. Suppression des stéroïdes est une question de jugement, mais les effets secondaires temporaires de stéroïdes sont souvent bien la peine si l’on peut empêcher ou au moins réduire au minimum la déformation de la durée de vie potentielle causée par un agrandissement ou hémangiome ulcérée

hémangiomes pointe nasaux créent souvent une pointe bulbeuse (Cyrano difformité, nommé d’après Cyrano de Bergerac), car ils laissent derrière eux des tissus encombrants fibro, la peau redondante et évasés cartilages de la pointe du nez. La correction chirurgicale nécessite souvent l’excision de la peau redondante, la centralisation des deux morceaux de cartilage qui composent la pointe du nez qui ont été séparés par l’hémangiome, et debulking de l’excès de tissus mous (Figure 10). Excessivement élimination agressive des tissus mous, cependant, peut laisser très mince peau sur le cartilage de pointe, il est donc conseillé de laisser intentionnellement hémangiome ou tissu adipeux résiduel pour adoucir la pointe du nez et d’améliorer le résultat à long terme. la suppression des stéroïdes pendant la phase de l’hémangiome de croissance peut éviter la nécessité d’une intervention chirurgicale, ou du moins d’empêcher une expansion excessive de l’enveloppe de la peau. Dans de tels cas, debulking peut être fait par une approche intranasale, en évitant les cicatrices externes.

La grande majorité des hémangiomes à lèvres laissera l’excès des tissus mous, malgré des années de régression lente, et souvent hémangiomes peut s’ulcérer en raison de nourrir un traumatisme à la fine vermillon fragile. Les grandes hémangiomes peuvent également affecter la capacité à sucer. suppression des stéroïdes est souvent conseillé de limiter le degré de distorsion. Early debulking première étape peut aider les problèmes d’alimentation et aussi aider les parents à faire face au stress de faire face à un enfant avec une malformation de hémangiome orale. En fonction de l’emplacement de l’hémangiome, les cicatrices peuvent souvent être au moins partiellement caché juste à l’intérieur du vermillon de la lèvre. Cependant hémangiomes qui se prolongent sur la partie de la peau de la lèvre supérieure ou inférieure nécessitent généralement partielle excision de la peau et donc laisser des cicatrices à lèvres externes permanentes. Lèvre supérieure hémangiome debulking peut souvent tirer parti des techniques apprises par la reconstruction de la fente labiale, en plaçant les cicatrices le long des limites naturelles pour les rendre aussi subtile que possible (Figure 11). révisions Scar sont souvent souhaitable d’optimiser le résultat final, et donc les parents doivent comprendre que plus d’une opération est souvent nécessaire d’améliorer le résultat final.

Paupière (périorbitaire) hémangiomes

La peau mince paupière est soumise à une distorsion importante et l’expansion par l’hémangiome croissante. Si le sourcil est impliqué, cela peut entraîner des excès de peau, la densité des cheveux faible, et la distorsion de la forme des sourcils. Les stéroïdes sont généralement indiqués pour éviter l’obstruction de la vision, et cela va également aider à diminuer la quantité de distorsion de la peau. Dans les cas où la déficience visuelle est encore un sujet de préoccupation, les ophtalmologistes et les chirurgiens oculoplastiques pédiatriques peuvent instituer un régiment de correction pour l’œil opposé, afin d’encourager l’enfant à utiliser l’œil obstrué, ou ils peuvent choisir tôt debulking pour faciliter l’ouverture des paupières.

debulking tardive de l’excès de peau et du tissu sous-cutané est souvent souhaitable, au détriment d’une cicatrice chirurgicale permanente (Figure 12). Reconstruction d’un sourcil manquant ou déformé peut être très difficile. Microgreffe à partir des résultats du cuir chevelu à poils qui nécessitent parage fréquentes parce qu’ils va continuer à croître comme les cheveux du cuir chevelu. Micropigmentation (tatouage) est parfois une bonne option, surtout si le patient peut obtenir de bons résultats d’abord avec un crayon à sourcils.

Cheek et parotides hémangiomes

La glande salivaire en face de l’oreille est la glande parotide, et la croissance de l’hémangiome parfois intraparotidienne peut causer l’élargissement massif de la joue. Cela peut également provoquer une obstruction partielle du conduit auditif externe, et si on constate une atteinte bilatérale, la suppression des stéroïdes est indiqué pour maintenir la stimulation auditive. En plus de la participation de la glande parotide, souvent la peau autour de l’oreille et la joue est impliqué. Ce sera généralement régresser très bien au fil du temps, bien qu’il puisse y avoir une certaine redondance joue résiduelle de la peau qui peuvent bénéficier d’une réduction de type lifting. Excessivement debulking agressif, cependant, risque de lésion du nerf facial qui traverse la glande parotide. debulking précoce lorsque les navires sont toujours actifs peuvent augmenter le risque de lésion du nerf par inadvertance en raison du risque accru de sang dans le champ qui peut masquer des repères anatomiques.

Hémangiomes impliquant la peau de la joue et souvent le tissu sous-cutané sous-jacent peut être problématique. Le chirurgien et les parents doivent décider si une cicatrice chirurgicale linéaire est préférable à un patch circulaire ou ovale du derme cicatrices ou la peau redondante laissés par l’hémangiome. Certains chirurgiens ont préconisé l’excision de l’hémangiome en utilisant un type de fermeture de sac à main de chaîne, mais la grande majorité des hémangiomes sont excisés dans un motif en forme de football, qui se traduit par une longue cicatrice linéaire en raison de la nécessité de diminuer progressivement les coins (Figure 13). Parfois, si la peau est en relativement bonne forme, mais il est essentiel sous-cutanée sous-jacente, la liposuccion peut fournir une amélioration de contour significative en utilisant un site de ponction intraoral pour éviter des cicatrices externes.

hémangiomes sous-cutanées se développent souvent sans provoquer l’expansion de la peau sus-jacente et la perte de tonicité de la peau. Dans ces cas, l’observation conservatrice est la meilleure formation initiale pour voir si l’hémangiome spontanément réduire complètement, laissant la peau normale totalement intacte. l’ablation chirurgicale précoce agressive est contre-indiquée, car cela laissera une cicatrice chirurgicale inutile. Si l’hémangiome régresse, mais laisse derrière les tissus adipeux volumineux, à ce stade, la liposuccion peut fournir une excellente réduction du contour par 1 ou 2 petits sites de ponction.

hémangiomes monticule du sein

En particulier chez les nourrissons de sexe féminin, monticule du sein hémangiomes (Figure 14) devrait être laissé seul pour éviter les risques de blessures au bourgeon mammaire qui peut entraîner une défaillance du développement des seins pendant la puberté. Dans de nombreux cas, comme l’hémangiome régresse et la poitrine se développe, la correction chirurgicale deviendra inutile. distorsion Nipple ou la peau redondante peuvent être traitées après le développement normal du sein, et heureusement la déformation peuvent généralement être facilement camouflés avec des vêtements jusqu’à ce moment.

Depuis la préservation du bourgeon mammaire est pas nécessaire chez les patients de sexe masculin, tout mamelon ou de la paroi thoracique difformité peut être adressée à un âge beaucoup plus tôt, généralement à un moment donné pendant la phase de retrait, ou après une régression complète.

Beaucoup hémangiomes du cuir chevelu effaceront les racines des cheveux, en laissant des taches de redondance, le cuir chevelu non hairbearing (Figure 15). Ceux-ci peuvent être facilement excisées, soit pendant la phase de retrait ou tard, avec un minimum de perte de sang puisque l’on peut comprimer le cuir chevelu surround lors de l’excision pour contrôler le saignement. Une cicatrice chirurgicale entraîne toujours, mais il y a généralement la densité des cheveux adjacente adéquate pour aider camouflage cela. Avec les cheveux courts, la cicatrice peut être plus évident. Avec l’âge et une histoire de la calvitie masculine, quelques cicatrices du cuir chevelu peuvent se manifester plus tard dans la vie.

Fesses et hémangiomes périnéale / génitales

Alors que ceux-ci posent souvent des problèmes importants au cours de la période de croissance en raison de leur propension à ulcerate, causant

douleur importante à la miction ou des selles, ceux-ci doivent rarement une révision chirurgicale plus tard (Figure 16). Parfois, un hémangiome dans la zone vestibulaire peut entraîner une certaine peau excessive, mais ceci est un

rareté. Le laser peut être utile lors de la phase ulcéreux, comme décrit dans la section de traitement au laser ci-dessus. gelée de lidocaïne topique (2%), suivie par une pommade antibiotique est une stratégie de temporisations commune jusqu’à ce que la peau a guéri.

Fig 1 – typique lumineuse hémangiome dermique rouge avec des signes de régression précoce

Figure 2 – hémangiome à la fois avec un derme superficiel et une composante plus profonde sous-cutanée

Fig 3 – hémangiome périorbitaire qui provoque l’obstruction visuelle partielle, ce qui peut provoquer une amblyopie permanente

Figure 4 – BASSIN syndrome du patient avec une vaste hémangiome ulcérée. IRM a confirmé la présence d’un lipomyéloméningocèle et un cordon attaché

Figure 5 – involuant rapidement hémangiome congénitale (RICH). Les photos sont prises 3 mois d’intervalle

Fig 6 – Non-involuant hémangiome congénitale (NICH) qui a ensuite été chirurgicalement excisé

Figure 7 – un traitement au laser pour les navires résiduels après hémangiome involution

Fig 8 – excision précoce, un hémangiome saignement ulcérée

Fig 9 – excision hémangiome typique complète en utilisant un motif en forme de football

Fig 10 – nasal pointe hémangiome debulking utilisant une incision cosmétiquement favorable qui permet l’excision de la peau, l’ajustement du cartilage, et debulking des tissus mous.

Fig 11 – lèvre hémangiome debulking, en utilisant des techniques de fente labiale pour maximiser la symétrie

Fig 12 – périorbitaire hémangiome debulking de la paupière inférieure. L’exérèse complète aurait entraîné inférieure rétraction du couvercle (ectropion)

Fig 13 – joue hémangiome excision avec cicatrice hypertrophique ultérieure. L’amélioration de contour est un commerce acceptable off pour le moins de cicatrice optimale

Fig 14 – poitrine hémangiome impliquant le mamelon et le bourgeon mammaire sous-jacent

Fig 15 – cuir chevelu hémangiome, avec la destruction des follicules pileux impliqués

Fig 16 – ulcérée fesse hémangiome, avec guérison complète dans les 2 mois

kératose pilaire est une condition commune qui touche environ la moitié de la population. Elle est causée par les cellules mortes de la peau formant un bouchon dans le follicule pileux. Un tiers à la moitié des patients ont d’autres membres de la famille avec cette condition.

Présentation:
Kératose pilaire présente comme de minuscules bosses généralement trouvés sur la partie extérieure de la partie supérieure des bras, les cuisses, les fesses et les joues. Ces bosses peuvent être de couleur chair ou légèrement rouge et peuvent se sentir rugueux. Sometiimes un cheveu enroulé peut être capturé dans ces bosses. À l’occasion, ces bosses peuvent causer des démangeaisons, mais ils ont habituellement aucun symptôme. Cette condition est généralement pire en hiver qu’en été et plus fréquente chez les enfants et les jeunes adultes, mais peut continuer plus tard à l’âge adulte.

Les associations avec d’autres conditions:
Cette condition peut être associée à la peau sèche, l’asthme et les allergies, ou dans de rares occasions une forme sévère de condnition de la peau sèche appelée ichtyose Vulgaris. Si vous pensez que ces associations s’il vous plaît contacter un dermatologue.

Traitement:
La kératose pilaire est une affection bénigne qui ne nécessite un traitement pour des raisons esthétiques. crème exfoliante doux sont les plus efficaces pour éliminer l’excès de peau, provoquant le bouchon dans les follicules pileux. Quelques exemples sont l’urée, l’acide lactique, l’acide salicylique et les crèmes rétinoïdes. Ces traitements doivent être utilisés sur une base continue sinon la condition ne se reproduise.
Les références:
Lateef A, Schwartz RA: kératose pilaire. Cutis 1999 avril; 63 (4): 205-7

Robyn Siperstein, M.D.
Département de Dermatologie
Université de médecine et de dentisterie du New Jersey
New Jersey Medical School.

UNE keratoacanthoma est une tumeur maligne de bas grade relativement commune qui apparaît rapidement chez les personnes âgées, les personnes à la peau claire. Il est plus fréquent avec des personnes ayant un degré accru d’exposition au soleil et est souvent trouvé sur les sites de blessure ou de traumatisme. Il peut être associé à la malignité interne comme dans le cas du syndrome de Muir-Torre et keratoacanthoma syndrome de carcinome viscérale (KAVCS). Cliniquement, et plus encore au microscope, Kas ressemble un carcinome épidermoïde (SCC). Il existe quatre types de Kas: solitaires, multiples, éruptive et keratoacanthoma centrifugum marginatum.

Présentation:
Les lésions sont généralement solitaires et commencent aussi ferme, bosses peau de couleur ou rougeâtres roundish, que les progrès rapidement aux nodules en forme de dôme avec une surface lisse et brillante et un cratériforme ulcération centrale ou bouchon de kératine qui peuvent projeter comme une corne. La plupart des actions clés se produisent sur la peau exposée au soleil et se posent généralement sur les mains, les bras, le cou et le visage. La caractéristique de cette maladie est la croissance rapide pendant quelques semaines, suivie d’une période fixe pendant quelques semaines, et involution finalement spontanée plus encore quelques semaines, la guérison souvent avec des cicatrices.

Traitement:
Bien que sont spontanément actions clés croissances régressent, le traitement est indiqué. Actions clés ne peut pas toujours être distingué des carcinomes épidermoïdes et il y a une chance de cicatrices d’involution spontanée. Le traitement de KA est d’abord chirurgicale. rétinoïdes systémiques, tels que l’isotrétinoïne, sont une considération pour les patients présentant des lésions trop nombreuses pour une intervention chirurgicale. Kas sont à radiosensibles et répondent bien à de faibles doses de
radiation. La radiothérapie peut être utile chez certains patients avec de grandes tumeurs chez qui la résection se traduira par une déformation cosmétique ou pour les tumeurs qui ont récidivé après une chirurgie exérèse tentée. D’autres options incluent des injections de stéroïdes intralésionnelles, la cryothérapie et les méthodes d’électrochirurgie.

Les références:
James W.D. Berger T.G. Elston D.M. Maladies de la peau Andrews. 10e éd. Philadelphie: Elsevier Inc, 2006, pp.643-645.
Pattee S.F. Silvis N.G. Kératoacanthome en développement dans les sites de traumatisme antérieur: Un rapport de deux cas et revue de la littérature. J Am Acad Dermatol 2003; 48 (2): 535-538.

Lela Lankerani, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia.

Stephen M. Purcell, D.O. F.A.O.C.D.
Professeur et Président du Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine
Philadelphie, Pennsylvannia
www.adaltd.com

chéloïdes se produire dans le monde entier dans tous les types de peau, et sont considérés comme une tumeur bénigne. Le plus sombre pigmentée de la peau, plus le risque est pour la formation de chéloïdes. Les chéloïdes sont souvent précipitées par un traumatisme, y compris l’acné, les piercings et les brûlures. Les hommes et les femmes sont également touchés.

Après une blessure est survenue à la peau, les cellules de la peau et des cellules du tissu conjonctif (fibroblastes) commencent à multiplier pour réparer les dégâts. Une cicatrice est composée de &# 8216; tissu conjonctif&# 8217 ;, fibres déposées dans la peau par les fibroblastes pour maintenir la plaie fermée. Avec les chéloïdes, les fibroblastes continuent à se multiplier, même après que la plaie est rempli. Ainsi, les chéloïdes saillie au-dessus de la surface de la peau et forment de gros amas de tissu cicatriciel.

En d’autres termes, les chéloïdes se forment lorsque le corps guérit de façon anormale. Chez les personnes qui sont génétiquement prédisposés à former des chéloïdes, le processus de guérison va trop loin créer des cicatrices qui sont beaucoup plus grandes que nécessaire pour réparer la lésion initiale à la peau. Les chéloïdes ont plus de cellules, plus de vaisseaux et du tissu conjonctif par rapport à la peau normale et la cicatrice normale.

Présentation:
Les chéloïdes apparaissent comme soulevé, d’abord rose à violet lésions qui sont souvent douloureuses, démangeaisons, ou les deux. La surface est lisse et se sent ferme à la palpation et a une consistance de caoutchouc. Les lésions peuvent être défigurante, inhibant les plages normales de mouvement des tissus adjacents. Ils peuvent apparaître nulle part, mais sont souvent situés sur le haut du dos, la poitrine, le lobe des oreilles, et les épaules, ou toute autre zone de haute tension. Les symptômes comprennent la pigmentation de la peau, des rougeurs, des démangeaisons, sensation accrue et parfois la douleur a augmenté.

Traitement:
Les chéloïdes peuvent être souvent être évités en utilisant un pansement compressif ou feuilles de gel de silicone sur le site de la lésion. Ce traitement est utilisé après la guérison de la plaie ou de blessure, habituellement dans un délai d’un mois.

les injections de corticostéroïdes intralésionnelles sont le traitement le plus couramment utilisé pour les chéloïdes et doit être fait une fois par mois. Après plusieurs injections avec la cortisone, l’chéloïdes devient généralement moins perceptible et aplanit sur trois à six mois de&le temps de; # 8217. La chirurgie est déconseillée pour la plupart des chéloïdes, où le taux de récidive éventuelle est signalée à plus de 80%. Il est possible de réduire la taille d’une cicatrice keloidal par chirurgie, mais la largeur de la lésion reste, et le meilleur résultat serait une cicatrice plate. corticostéroïdes intralésionnelles ou un médicament appelé alpha-interféron peuvent être combinés avec une excision chirurgicale. Radiation a également été associée à la chirurgie pour prévenir la récidive de chéloïdes après l’excision. La cryochirurgie est une autre modalité réservée aux petits chéloïdes et types plus légers de la peau pigmentée.

Les références:
James W.D. Berger T.G. Elston D.M. Maladies de la peau Andrews. 10e éd. Philadelphie: Elsevier Inc, 2006, pp.602-603.

Lela Lankerani, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia.

Stephen M. Purcell, D.O. F.A.O.C.D.
Professeur et Président du Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine
Philadelphie, Pennsylvannia
www.adaltd.com

Intertrigo est une condition commune trouvée où deux surfaces opposées de la peau se frottent. Il se produit dans les deux plis normaux et liés à l’obésité peau. Les nourrissons, les enfants et les personnes âgées sont le plus souvent touchés. Chaud et humide et l’obésité sont également des facteurs prédisposants. L’inflammation associée à des résultats d’intertrigo de friction, la chaleur et l’humidité, ce qui prédispose également la peau à l’infection par les bactéries, les levures et les champignons.

Présentation:
Intertrigo présente comme des plaques rouges humides dans la peau des plis avec fissurations possible ou de panne de la surface de la peau. Il est le plus souvent trouvé dans l’aine, les aisselles et les plis sous les seins. Intertrigo peut également affecter le (nombril) ombilic, doigts et des orteils toiles, et les plis des bras, le cou et les paupières. Les personnes touchées peuvent éprouver des démangeaisons et des brûlures. D’autres affections de la peau peuvent présenter de manière similaire à l’intertrigo, y compris la dermatite séborrhéique, le psoriasis et erythrasma (une infection bactérienne superficielle des plis cutanés).

Traitement:
L’un des traitements les plus importants pour l’intertrigo implique la réduction du frottement et de l’humidité (gazes, poudres). Faible puissance crèmes corticostéroïdes topiques peuvent aider à réduire l’inflammation. antifongique topique et des agents antimicrobiens sont souvent nécessaires pour éradiquer les levures / champignons et les bactéries, respectivement. La réduction du poids peut se révéler bénéfique dans les cas de intertrigo impliquant des plis cutanés liés à l’obésité.

Les références:
James WD, Berger TG et Elston DM. « Infections bactériennes ». Les Maladies Andrews de la peau. 10e Ed. Saunders: Canada, 2006, 459-78, 251-95.
Janniger CK, Schwartz RA, Szepietowski JC et al. Intertrigo commune et
Infections cutanées secondaires. Am Fam Physician 2005; 72: 833-8.

Matthew Smetanick, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia.

Vingt pour cent des personnes (un sur cinq), de tous âges, races, et / ou le sexe ont subi au moins un épisode de « ruches », zébrures ou urticaires dans leur vie, d’une durée de quelques minutes à plusieurs années. Ceux-ci, généralement très démangeaisons ( « prurigineuse »), rougie (érythémateuse), lésions ( «ruches», trépointes, ou urticaire), peuvent varier en taille d’un petit moustique morsure (urticaire papuleuse) à plaques, qui couvrent l’ensemble du corps ( «ruches géantes»). Dans certains cas, les ruches se produisent avec un gonflement (œdème de Quincke) des lèvres, les paupières, / d’autres tissus et ou «douces». (Voir ci-dessous.) Heureusement, ces ruches, (zébrures, urticaire), et gonflements disparaîtront avec ou sans traitement (spontanément) dans le temps. Malheureusement, comme une « fièvre », « tousser », et « maux », il n’y a pas de cause unique pour leur événement, il est pas une maladie (comme l’acné, le psoriasis ou le mélanome), et le soulagement de sa «démangeaison intolérable est plus accessible que l’identification de sa cause suspectée. décrets de la sagesse conventionnelle prenant Benadryl (le «plus connu», moins efficace des over-the-counter antihistaminiques disponibles), et / ou la prednisone (un médicament plus efficace des symptômes de soulagement, qui peut être potentiellement dangereux, avec une utilisation à long terme) , puis lancer la recherche frustrant pour un «allergène» mystérieux qui est à l’origine des ruches. Finalement, on se rend compte qu’il n’y a pas de «remède» magique pour chronique ou persistante (idiopathiques) urticaire / urticaire, seulement quelques-uns ont salué soulagement!

Hives sont, presque exclusivement la réaction de la peau histamine. une alarme chimique libérée par mastocytes. l’un des nombreux acteurs clés de notre immunitaire (protection) système. Les mastocytes se retrouvent dans tous les organes du corps et ceux de la peau sont la source principale de l’histamine.

Quand les mastocytes sont déclenchées pour libérer histamine dans la peau, une réaction caractéristique reconnue comme (1) démangeaison (Prurit) sur le site, ressenti en quelques secondes; (2) rougeur (érythème) sur le même site en quelques minutes; et peu après (3) une papule surélevée (urticaire). Immunologistes et les dermatologues savent cette réaction (quand histamineis dans la peau), comme Réponse Triple de Lewis. La figure 2 illustre cette réponse à une injection d’épreuve d’histamine juste sous la peau de l’avant-bras d’un sujet. La papule surélevée et une rougeur environnante sont visibles, et le sujet connaîtront de graves démangeaisons. La réponse sera alors disparaître en 20-30 minutes, parce que le corps se rapidement vers le bas (métabolise) histamine à un produit chimique inactif.

L’urticaire aiguë indique la libération de histamine chez un patient de mastocytes avec leur premier combat de l’urticaire, ou lorsque la cause de la libération d’histamine qui est facilement identifiable, à savoir dans les minutes first15-20 après avoir pris un médicament (habituellement une pénicilline), ou d’une action alimentaire comme « Allergène ». Un «allergène» étrangère (un acide aminé spécifique) dans ces agents déclenchent les patients sensibilisés »(ceux qui ont la capacité de produire des anticorps IgE à l’acide aminé spécifique) mastocytes pour libérer l’histamine préformé contenu, la production de la ruche (welt, urticaire ). Une fois le « antigène » est métabolisé ( « panne »), et / ou passe à travers le tractus gastro-intestinal, les mastocytes ne sont activées et les ruches se dissipent (disparaître), dans les 20-30 minutes après son apparition, en tant que étape finale de la « réponse Triple » (voir ci-dessus). Ces patients nécessitent rarement un traitement, étant donné que les lésions disparaissent dans un court laps de temps, et ils perçoivent rapidement que l’évitement de la «allergène» empêche la récurrence de l’urticaire, et chaque fois que «allergène» est administré, les ruches se reproduisent. Malheureusement, chaque urticaire induite par IgE a le potentiel d’annonciateur (progressant vers) un réaction anaphylactique . L’anaphylaxie peut être une réaction allergique la plus grave (avec des ruches, des éternuements, une respiration sifflante et choc) et parfois peut être fatale.

Urticaire chronique indique que les ruches du patient ont duré pendant des périodes de temps plus longues (de quelques semaines à plusieurs mois). le ( «  ») twitchy mastocytes hyper-réactives des patients souffrant d’urticaire chronique sont généralement, pour une raison inconnue facilement activée, en libérant des quantités accrues de l’histamine. Finalement, le «déclencheur» inidentifiable disparaîtra tout aussi inexplicablement comme il est apparu (en quelques minutes à plusieurs années). Elles sont généralement non-IgE (produits chimiques non appartenant à la famille IgE) des réactions ne peut provoquer des réactions anaphylactoïdes, et non anaphylaxie, ayant donc un potentiel létal rare.

Œdème de Quincke est à tort, souvent considéré comme une ruche «profonde», mais il est un non-érythémateuse (pas rouge), non prurigineuse (pas de démangeaisons) gonflement de tout tissu « soft » du corps-à-dire des paupières, des lèvres, de la langue, les organes génitaux , joints, etc.). Il ne peut pas être reproduit par injection d’histamine sous la peau, et ne répond pas à l’administration d’antihistaminiques. (Ils disparaissent généralement spontanément – avec ou sans traitement, dans les 96 heures.) Les quelques biopsies étudiées ne présentent pas les mêmes changements microscopiques que l’on voit avec l’urticaire (urticaire).

La confusion provient de l’observation que angioedème ne se produit parfois avec des ruches (zébrures, urticaire), en particulier lorsque les ruches sont causés par l’aspirine, l’ibuprofène [et d’autres AINS], et IgE-allergènes. Plus souvent AE se produit sans l’urticaire, en particulier lorsqu’il est déclenché par les médicaments pour la pression artérielle appelés inhibiteurs de l’ECA, ou dans le cadre d’une maladie héréditaire rare (angio-œdème héréditaire (AOH). Si aucun déclencheur est identifiable, l’œdème de Quincke est considéré idiopathique

Le travail-up / la recherche d’une cause possible de hives:

« Aigu » (urticaire) est l’étiquette donnée avec le premier épisode de l’urticaire, ou lorsque le «déclencheur» pour l’apparition des ruches est facilement identifiable de l’histoire.

Drogues (Médicaments) sont la cause identifiable la plus courante de l’urticaire aiguë. (Voir la figure 3,) Ces ruches apparaissent dans les 36 heures d’une dose, et ils peuvent être vus sur l’ensemble du corps (généralisé). Certains des ruches vont disparaître, tandis que de nouvelles continuent d’apparaître ailleurs. Il est inhabituel pour l’urticaire induite par la drogue apparaissent jours ou semaines après l’arrêt du traitement. Ce modèle est la (induite par IgE) réaction typique «allergique», et ne se produit que quand on a été sensibilisé à la drogue plus tôt dans leur vie! IgE-réactions nécessitent une sensibilisation préalable, alors que, non-IgE réactions telles que des réactions d’hypersensibilité d’aspirine / AINS (la deuxième cause la plus fréquente de l’urticaire induite par la drogue, généralement avec des gonflements de la peau [angioedème ] -voir Ci-dessus), peut se produire après une première dose. Tout médicament a le potentiel de provoquer une ruche IgE de type sur une nouvelle exposition – certains médicaments plus souvent que d’autres. Par conséquent, il est essentiel d’obtenir une «histoire de la drogue » complète – y compris, des remèdes alternatifs, des vitamines, des gouttes oculaires, douches, etc. (réactions tardives aux médicaments) . qui se produisent généralement après 72 heures, souvent 5-10 jours dans le cours de la thérapie – ne sont pas urticariennes (urticaire), mais plus comme la rougeole, et souvent, surtout sur les bras et les jambes – ne jamais provoquer l’anaphylaxie.

nourriture – Une cause moins fréquente de l’urticaire. Lorsque les aliments sont la cause, ils sont souvent accompagnés de nausées, des crampes, de la diarrhée, et / ou des vomissements. Sept aliments causent 85% -90% des (IgE) réactions «allergiques» alimentaires! Peanuts, crustacés, les noix, le lait, oeuf, blé et soja sont les principaux coupables. D’autres, les effets indésirables induits par l’alimentation non-allergiques (non IgE) avec ou sans urticaire, zébrures ou urticaire se produisent. « Non-allergique» (non induite par l’IgE) réactions sont généralement liées à la dose, ce qui signifie une petite quantité (dose) ne peut pas provoquer une réaction, mais de plus grandes quantités entraînent une réponse (ce qui est souvent noté avec de manger des fraises – un non allergique (non causée par les IgE). La plupart des individus ne reçoivent aucune ruches si elles mangent quelques fraises, mais développent des démangeaisons et / ou urticaire généralisée quand ils mangent beaucoup de fraises).

notre le système immunitaire (de protection) La mémoire reste remarquable, et est le plus actif chez les jeunes, les personnes en bonne santé – il a rarement, si jamais oublie l’on est allergique (IgE sensible) à un médicament ou un aliment particulier, et soupçonnant, ou de blâmer «quelque chose de nouveau», comme la cause de ses ruches est toujours décevant. Ainsi, si l’on peut ingérer un médicament ou d’un aliment sans une réaction parfois, et d’y réagir à d’autres moments, il est pas allergique (IgE-induite). (Patients gériatriques [supérieurs des citoyens], cependant, croient souvent qu’ils ont «trop grands» leurs allergies, mais – comme on vieillit, le système immunitaire devient moins efficace, produisant moins d’immunoglobulines et des cellules surveillence, et est moins susceptible de réagir négativement à un ancien substance allergène, ce qui est reconnu comme « Immuno-sénescence » ).

Lorsque la cause des ruches est clair à la fois le patient et le professionnel de la santé, une histoire complète et un examen physique est moins pressant. Prévention de l’allergène est le traitement de choix. Depuis, les patients présentant des épisodes d’urticaire « aiguë », sont toujours à risque d’avoir une réaction anaphylactique de type, ces patients avec des épisodes épisodiques de l’urticaire, et aucun déclencheur identifiable, il devient impératif de rechercher la cause, leur permettant de l’éviter. test de la piqûre de la peau ou RAST (sang) test pour les sept aliments allergènes communs peuvent être vitales, tandis que « au hasard » les résultats des tests d’allergie alimentaire doit toujours être interprétée dans le contexte de l’histoire médicale, parce que beaucoup de résultats positifs n’assimilent à des symptômes cliniques – ceux-ci sont considérés comme des résultats biologiquement faux positifs. Il n’y a pas besoin d’arrêter de manger un résultat de test positif alimentaire, si l’aliment est ingéré sans avoir de l’urticaire, ou tout autre symptôme «allergique». Un sujet patients (ceux ayant une prédisposition génétique pour produire des quantités accrues d’anticorps IgE et ayant des antécédents d’eczéma, d’asthme et / ou de la rhinite allergique [rhume des foins]) ont souvent de nombreux résultats faussement positifs RAST alimentaire.

urticaire physique produire en réponse à un (habituellement évidente) stimulus physique. Ils apparaissent en quelques minutes de stimulation directe de la peau en caressant, la pression, la lumière du soleil (lumière ultraviolette), la chaleur, le froid, ou de l’eau.

dermatographia (Écrit littéralement sur la peau), se produit avec caresser ou se gratter la peau, et un papule reproduit le chemin de la caresser ou se gratter (voir les chiffres ci-dessus). Cette réaction se produit dans 3-5% de la population, en particulier pendant le traitement avec de l’aspirine, la pénicilline, ou avoir une infection des voies respiratoires supérieures, ou la gale. La plupart des urticaires physiques disparaissent dans les 30 minutes suivant le début, et rarement besoin d’un traitement, mais il y a des personnes très sensibles qui réagissent avec le moindre contact physique, et ces patients ont ensuite besoin d’un traitement pour le confort.

Urticaire de pression apparaît lorsque la pression d’une bande sur la peau, ou assise prolongée à l’arrière, ou debout sur la plante des pieds. Chez les femmes, ils sont fréquemment observés sous les bretelles de soutien-gorge. Ceci est le type le plus commun de l’urticaire physique, et est noté dans presque tout le monde qui a des ruches.

Une goutte (froid) ou une hausse (chaleur) de la température de la peau peuvent causer de l’urticaire chez les individus sensibles. La source du chaleur peut être la chaleur du corps externe ou interne. Depuis l’effort physique peut augmenter la température centrale du corps, l’exercice provoque parfois de l’urticaire, connu sous le nom urticaire cholinergique . La capacité de la température (à froid) afin de provoquer la libération d’histamine peut également être démontrée en contact avec la peau d’un patient avec un glaçon (produisant urticaire au froid – Voir la figure 1). Fatal, chute soudaine de la température centrale a été observée chez les patients atteints d’urticaire au froid, plongée dans un cours d’eau ou piscine froide.

urticaire solaire sont produits à l’exposition à différents rayons de lumière ultraviolette (soleil). Figure à droite illustre cette réaction dans un sujet dont le dos était recouvert d’un pochoir lors de l’exposition à une lampe solaire.

urticaire aquagenic peut se produire, chez les personnes sensibilisées, avec un contact direct avec l’eau de toute température. La cause de l’activation des mastocytes d’un patient, par exemple des stimuli courant est inconnu.

Il y a un trouble rare, résultant d’une augmentation du nombre de mastocytes dans la peau et d’autres organes, connu sous le nom mastocytose . Les patients atteints de mastocytose sont reconnus en raison de leur caresser peau produit facilement dermatographia. Leur gestion est similaire à d’autres patients atteints de cette constatation de la peau. Rarement les patients atteints de mastocytose peuvent développer des symptômes systémiques par l’activation non reconnue de leurs mastocytes dans leurs organes internes libérant des médiateurs, et peuvent nécessiter un traitement plus agressif.

urticaire de contact – se réfère à la ruche, papule et rougeur résultant au contact d’un site de la peau avec une substance déclenchant, apparaissant dans 15-60 minutes après le contact. Urticaire de contact ne soit pas considéré comme un (non IgE) réaction «allergique». Des exemples courants d’urticaire de contact (résultant en touchant) comprennent les méduses, les orties, et l’un des nombreux produits chimiques – eugénol, le formaldéhyde, etc.), et ne nécessitent aucune exposition préalable (sensibilisation). évitement absolu empêche l’urticaire de contact.

Urticaire sont rarement, le symptôme présentant (premier) d’un Ss-maladie systémique ying – à l’exception de Hépatite B les infections. Hives peuvent se produire en même temps que chez les patients qui ont certains problèmes sous-jacents, tels que hypo ou hyperthyroïdie, le lupus érythémateux disséminé. polyarthrite l’arthrite, ( «vascularite» Voir Figure 5) et certaines maladies très rares telles que de la maladie de Still, le syndrome de Muckle-Wells, immunodéficiences combinées. ou La maladie de schnitzler. À moins que l’histoire suggère la documentation pour appuyer un «déclencheur» ou un mécanisme, des tests «aléatoires» sont rarement, voire jamais indiqué cliniquement. Les essais confirment simplement une impression clinique, mais il est peu probable d’identifier un «déclencheur» caché (cause).

Urticaire idiopathique chronique

Lorsque aucune cause est reconnue, les ruches, zébrures de l’urticaire sont étiquetés «idiopathique». Quarante pour cent des patients atteints de Urticaire idiopathique chronique. ont été trouvés pour produire un anticorps à leurs propres cellules de mât – et sont reconnus comme ayant un « Auto-immune » mécanisme ( « trigger ») type de ruche. « Auto-immunité» est un mécanisme par lequel le corps, pour des raisons inconnues, tente de rejeter l’un de ses propres tissus naturels ou des cellules. (Les exemples sont – la thyroïdite de Hashimoto, pelade, vitiligo, la maladie de Crohn, etc ..) Les patients ruche auto-immunes mécanisées sont moins sensibles aux traitements « standard ». Ils présentent un défi particulier pour la plupart des professionnels de la santé. Voir «traitement» ci-dessous. Un autre mécanisme, qui pourrait être tout aussi difficile à traiter est reconnu comme urticariennevascularite (Un mécanisme, pas une cause) – ce type de ruche présente habituellement différemment, il est souvent « purpura » (lignes fines de saignement, les vaisseaux sanguins de la peau), et sont fréquemment accompagnée de symptômes systémiques potentiellement graves, à savoir hématurie (sang dans l’urine), des douleurs articulaires, des maux de tête, etc., et il est préférable confirmé par une biopsie. (Voir Figure 6.)

UNE « biopsie ‘Est un test le plus précieux pour appuyer le diagnostic de l’urticaire « idiopathique ». Ce dernier reste un diagnostic d’exclusion, donc quand l’histoire ne suggère pas un «déclencheur» spécifique, et des cours standardisés «agressifs» de traitement ne sont pas soulager les symptômes – plus d’informations peut aider dans la gestion du patient. vascularite urticarienne ne peut être confirmé par une biopsie. Lorsque la biopsie révèle une cellule particulière de globules blancs (à savoir neutrophile), en tant que cellule inflammatoire prédominante – elle suggère un cours d’autres traitements (par exemple « sulfones », l’hydroxyquinone, la colchicine). Patients âgés avec des ruches (habituellement ne répondant pas à un traitement anti-histamine standard) devrait être biopsiées pour identifier pemphigoïde bulleuse. un autre type de problème auto-immune, qui présentent souvent comme la persistance, de l’urticaire squameuses, survenant presque exclusivement chez les personnes âgées, et nécessitent généralement à long terme prednisone (un «stéroïdes») pour une gestion efficace.

les tests de laboratoire (sang) appropriés sont utiles lorsque l’histoire obtenue indique des signes et / ou symptômes d’une cause possible de l’urticaire. Des tests aléatoires (laboratoire, le sang, les tests et / ou «allergie») sont presque toujours décevant « normal », mais il peut être nécessaire pour soutenir l’absence d’un des problèmes médicaux sous-jacents. défis provocants avec des allergènes suspects sont extrêmement fiables, cependant, en raison du risque élevé d’anaphylaxie, devrait être fait dans un endroit surveillé – une clinique ou un hôpital. La plupart indispensable pour trouver une cause, de recommander une ligne de conduite efficace pour un patient avec des ruches persistants ou épisodiques, est d’obtenir, une histoire très prudent fiable, dès le début des ruches, et la progression jusqu’à la situation actuelle, y compris la effet de tous les traitements prescrits.

Traitement de l’urticaire (zébrures. Urticaire)

Évitement d’un «déclencheur» reconnu est essentielle. Persistance des ruches suggère le «déclencheur» est toujours présent, que ce soit un médicament, la nourriture, agent physique, ou d’un agent ou d’un mécanisme non identifiable.

antihistaminiques restent le traitement médicamenteux primaire pour tous les types de l’urticaire, zébrures, urticaire. Le défi pour leur utilisation est en appréciant les différences subtiles entre chaque antihistaminique disponibles, la quantité et la fréquence d’administration, et si des médicaments supplémentaires méritent d’être ajouté.

Diphenhydramine (Benadryl) a été découvert en 1940, et rapidement noté pour bloquer efficacement la réponse Triple de Lewis (voir ci-dessus), lorsqu’elle est administrée 15-60 minutes avant d’introduire l’histamine. Il a ensuite été utilisé avec succès pour réduire (et / ou l’élimination) des symptômes cliniques causés par l’histamine (par exemple l’urticaire, la «rhume des foins», etc.).

Malheureusement, 4-8 heures après l’administration de cet antihistaminique, la réaction de l’histamine (à savoir défaisance, éternuements, etc.) a été noté de se reproduire! Cela était dû à la «demi-vie» (à savoir sa rupture naturelle vers le bas pour un composé inactif qui ne « bloque » la réaction de l’histamine) Benadryl. Un antihistaminique ne «guérir» la cause du symptôme (ruche), il «blocs» simplement efficacement la d’histamine libérée de produire le symptôme (la démangeaison, rougeur et welt). Par conséquent, les doses de diphenhydramine doivent être administrés toutes les 4-8 heures pour contrôler les symptômes pour des périodes plus longues.

Chez les patients qui ne répondent pas complètement, ou seulement partiellement à l’antihistaminique administré indiquent que l’histamine ne peut pas être le seul produit chimique (médiateur) du mât, ou d’autres cellules inflammatoires qui produit la «ruche» ou urticaires – et ces «autres « médiateurs contribuent caractéristiques variables à la ruche induite par l’histamine classique. Les ruches non-histamine induite ne peuvent pas disparaître dans les 30 minutes, et plus souvent peuvent persister pendant des heures. Ces ruches peuvent démanger moins, ou plus, et parfois les démangeaisons se sent « brûler » et / ou douloureux. Les antihistaminiques sont efficaces pour l’effet induit par l’histamine de l’urticaire et des antagonistes qui bloquent l’effet des autres médiateurs pro-inflammatoires peuvent être nécessaires. Plus la ruche se comporte comme la réponse Triple de Lewis, plus il est probable qu’il répondrait aux antihistaminiques. Une raison de l’échec de la réponse à « recommandé » doses d’antihistaminiques est que, depuis, les antihistaminiques sont des inhibiteurs compétitifs, soit ils sont en concurrence avec l’histamine pour un (récepteur) site sur un vaisseau sanguin ou d’une cellule, et lorsque l’histamine occupe un site récepteur d’histamine, tout d’abord, il ne déplace pas l’histamine dans le récepteur, et d’autre part il peut y avoir trop de sites récepteurs activés pour la quantité de disponible antihistaminique qui a été administré, et plus antihistaminique peut être nécessaire de bloquer plus de ruches (urticaire) pour former. antihistaminiques plus récents (ie hydroxyzine, la cétirizine, la loratadine, la fexofénadine) ont été développés, qui sont plus efficaces pour bloquer de nombreux récepteurs plus d’histamine que Benadryl, et peuvent être administrés à des doses plus élevées encore provoquent moins d’effets secondaires gênants (ie la somnolence, des maux de tête, etc.) . (Voir ci-dessous.)

Traitement de l’urticaire aiguë (urticaire)

1. Évitez le «déclencheur» reconnu – Plus la période entre l’administration ou l’exposition du «déclencheur» (allergène), à ​​savoir la nourriture, les médicaments, piqûre d’insecte, le latex, et l’apparition de l’urticaire, avec la propagation rapide, surtout si elle est accompagnée de démangeaisons du cuir chevelu, le palais mou, les organes génitaux, les paumes et semelles, gonflement de la gorge, de l’essoufflement, une respiration sifflante ou oppression dans la poitrine, plus le signal de l’imminence de l’anaphylaxie. Ces signes et symptômes potentiellement dangereux ne doivent pas être prises à la légère, et exige:

une) Épinéphrine / EpiPen (adrénaline) 0,1-0,5 mgr, solution 1: 1000, sous-cutanée ou intramusculaire toutes les 5-15 minutes, ou doit procéder immédiatement à une facilité d’urgence pour son administration. (Fluides intraveineux peuvent être nécessaires.)

b) antihistaminiques . H1 et H2 types par voie orale (par exemple de type H1 &# 8211; diphenhydramine 50 mgr [Benadryl], loratidine 10 mgr [Claritin], fexofénadine 180 mgr [Allegra], 10mgms cétirizine [Zyrtec]; Type H2 &# 8211; cimétidine [Tagamet]; doxépine et amitriptyline 10-25mgm [contiennent des antagonistes à la fois H1 et H2 les plus puissants;) doit être administré immédiatement. Si les signes d’anaphylaxie (voir ci-dessus) commencent à apparaître après avoir pris les antihistaminiques, adrénaline peut être indiquée.

c) Antileucotriènes (montelukast) Singulair 10 mgr, toutes les 24 heures en particulier pour les patients ayant des antécédents de dermatographia, et / ou angioedème.

ré) « stéroïdes « À savoir prednisone, methylprednisilone, est jamais un« sauvetage »des médicaments, le fournisseur de soins de santé doit décider si elle doit être donnée pour le contrôle d’un potentiel » « réaction de phase tardive, et a ajouté comme un supplément au régime antihistaminique standard. Peu à peu, le sevrage des stéroïdes est indiqué seulement si le médicament a été administré pendant plus de 2-3 semaines. Il est pas rare que les ruches se reproduisent lorsque le stéroïde est interrompu. Il y aura des patients qui auront besoin d’une faible dose de stéroïdes pour l’entretien, jusqu’à ce qu’il ne ruches sont notés pendant 96 heures tout en prenant le stéroïde. (Les stéroïdes ne sont pas un «remède».)

Pour un épisode initial de l’urticaire, ou épisode récurrent (non «allergique») sans progression à l’anaphylaxie, la gestion est comme ci-dessus en omettant l’urgence de l’administration de épinéphrine (adrénaline). Le plus souvent, les ruches (urticaire) sont bien gérés avec un « cocktail » appropriée antihistaminiques .

Diphenhydramine (Benadryl) 50 mgr. qui est le plus reconnu de tous les antihistaminiques, mais le moins efficace et a le plus «effets secondaires». Histamine dans le cerveau maintient la vigilance, par conséquent, quand il est bloqué dans le cerveau, par un antihistaminique, de la somnolence peuvent se produire. Plus important encore, dans environ 40% des personnes qui prennent la diphenhydramine, l’expérience de la fonction cognitive, qui a le même effet sur la conduite que les niveaux de CFA de l’alcool. Les antihistaminiques plus âgés (i.e hydroxyzine [Atarax]; Chlortrimeton; cyproheptadine [Periactin] ) Ont également d’autres effets secondaires gênants, en particulier anticholinergiques – résultant de la sécheresse de la bouche, le nez et les yeux, et Periactin peut augmenter les appétit.

Les nouveaux antihistaminiques (loratidine [Claritin]; fexofénadine [Allegra]; cétirizine [Zyrtec, Xyzol ] Sont des antagonistes d’histamine plus efficaces, et sont moins susceptibles d’affecter le cerveau causant moins, ou pas de somnolence, et surtout, d’altérer la fonction cognitive minimale. Les nouveaux antihistaminiques peuvent également être administrés moins souvent (tous les huit à vingt-quatre heures). Chose intéressante, on a constaté que la combinaison des anti-histaminiques actuellement disponibles, il peut être plus efficace que l’augmentation de la dose de chacun, individuellement. De petites doses de médicaments antidépresseurs tricycliques sélectionnés (i.e doxépine 10-25mgms, amitryptaline 10 mgr ) Sont les antihistaminiques les plus efficaces disponibles. Cependant, les derniers médicaments peuvent être très hypnotique (induisant le sommeil), et est le mieux donné au coucher.

Gestion de l’urticaire chronique idiopathique (CIU)

Examen des cinquante dernières années de la littérature concernant l’histoire naturelle de l’urticaire chronique idiopathique (CIU) indique, avec ou sans traitement:

50% des patients atteints de CIU résoudre dans les 3-12 mois
20% des patients atteints de CIU résoudre dans les 12-36 mois
20% des patients atteints de CIU résoudre dans les 36-60 mois
2% des patients atteints de CIU peut continuer (surtout qu’épisodiquement) à la ruche pendant de nombreuses années.
Cependant, plus de la moitié tous les patients atteints de CIU connaîtront des épisodes récurrents!

Comme il n’y a pas de cause identifiable pour les ruches de «idiopathiques», il n’y a pas nécessité d’éviter toute cause imaginaire! antihistaminiques reste le médicament primaire, pour la gestion des CIU. La posologie pour ces patients peut nécessiter des ajustements fréquents de la dose (titration) à chaque poussée (exacerbation) et de rémission. (Tout comme pour les patients atteints de diabète, qui doivent ajuster leur dose d’insuline en mesurant la quantité de sucre dans le sang ou l’urine. Malheureusement, le seul signe d’un besoin accru d’antihistaminiques pour les patients atteints de CIU, est l’augmentation visible des ruches , ou «démangeaison».) la combinaison de la deuxième génération d’antihistaminiques (loratidine, fexofénadine, les cetirizines ) Est souvent plus gratifiant que de plus en plus d’un type seul.

Le second médicament est le CIU antileucotriene(Singulair 10 mgm toutes les 24 heures), surtout si le patient signale également avoir eu, ou a dermatographisme, et / ou angioedème. Réponse au médicament primaire et secondaire est à noter dans les 48 heures, et si les symptômes (démangeaisons, défaisance) sont toujours intolérables, le fournisseur de soins de santé décidera si le patient a besoin d’un médicament tertiaire: sulfone. un anti-paludique. ou immunosuppresseur (i.e glucocorticoïdes, cyclosporine ). La décision d’utiliser les médicaments tertiaire sont ajoutés au «cocktail» de médicaments de base, et déterminé à partir des essais spéciaux, à savoir une biopsie et / ou la présence d’anticorps auto-immuns. Chacun des médicaments tertiaires nécessite une étude minutieuse, des examens réguliers (pour la pression artérielle, des examens oculaires) et des tests sanguins. Correctement surveillé, l’utilisation de ces médicaments est moins un risque que la conduite au bureau du médecin.

Conclusions Statement
Le succès de tous les traitements dépend de la conformité du patient. Il est fréquent pour les patients qui doivent prendre des médicaments pendant de longues périodes de temps, pour devenir moins souples (sauter et / ou d’arrêter leurs médicaments sans soins de santé fournisseurs instructions!). Le fournisseur de soins de santé doit expliquer les objectifs réalistes du traitement. Il n’y a que quelques troubles qui peuvent vraiment être « guéri », alors que le soulagement de l’inconfort est généralement réalisable.

Les références
Urticaire et angio-œdème (manuels) – ed Greaves MW, Kaplan AP. Marcel Dekker, In c. 2004; New York.
AAAAIA & ACAAI. Diagnostic et gestion des Urticaire: Un paramètre pratique. Ann Allergy Asthma Immunol. 2000; 85: S521-544.
Brodell LA, LA Beck, Saini SS. Physiopathologie de l’urticaire chronique. Ann Allergy Asthma Immunol 2008; 100: 291-298.
Castenado-Tardan MP, Jacob SE, Baumann LS. Contactez Urticaire à cosmétiques et de toilette Ingrédients. Cosmétique Dermatology 2008; 21: 339-346.
Morgan M, Khan DA. Alternatives thérapeutiques pour l’urticaire chronique: une étude fondée sur des preuves, partie 1.Ann Allergy Asthma Immunol 2008; 100: 403-412.
Beltrani, VS. Œdème de Quincke: Certains «nouveaux» réflexions concernant idiopathique Œdème de Quincke – Chapitre 19. En Urticaire et angio-œdème, eds Greaves MW, Kaplan AP. Marcel Dekker, Inc 2004; 421-441.
Morgan M, Khan DA. Alternatives thérapeutiques pour l’urticaire chronique: une étude fondée sur des preuves, partie 2. Ann Allergy Asthma Immunol 2008; 100: 517-526.

Vincent S. Beltrani, MD, FAAAAI
Professeur agrégé de clinique
Département de dermatologie, Université de Columbia de New York, New York
Professeur agrégé de clinique
Département de l’allergie, UMDNJ
Newark, New Jersey

Hyperhidrose est la transpiration excessive des aisselles, les paumes, les semelles, ou de la région du visage au-delà de la quantité nécessaire pour réguler la température corporelle. Les glandes sudoripares chez les patients atteints d’hyperhidrose ne sont pas différents de ceux des patients normaux. Il n’y a pas une augmentation du nombre ou la taille des glandes, hyperhidrose est simplement causée par une fonction accrue des glandes sudoripares.

Présentation:
Hyperhidrose présente typiquement dans l’enfance ou l’adolescence, avec la transpiration symétrique sur les deux côtés du corps. Des épisodes fréquents (gt; 1 par semaine) altèrent souvent les activités quotidiennes. transpiration Localisée cesse pendant le sommeil, et peut aggraver avec l’augmentation du stress ou de la température. Souvent, il peut y avoir d’autres membres de la famille avec les mêmes symptômes.

Essai:
Les signes visibles de l’hyperhidrose sont souvent clairement. Si la visualisation directe des zones touchées est souhaitée, le test d’amidon iode peut être utilisé. Après la peau est nettoyée et séchée, l’iode est appliqué, puis saupoudrée d’une poudre d’amidon très bien. Transpiration combine avec l’iode et le glucose dans l’amidon pour produire une couleur noire.

Les associations avec d’autres conditions:
Il existe de nombreuses maladies menant à l’hyperhidrose secondaire et ceux-ci devraient être exclus avant de diagnostiquer un patient atteint d’hyperhidrose primaire. Quelques exemples comprennent la fièvre, la maladie, le diabète, les tumeurs, la ménopause, ou des médicaments.

Traitements:
Traitement topique &# 8211; Prescription antisudorifiques chlorure force d’aluminium tels que Drysol ou Xerac semblent être la thérapie topique le plus efficace.

Traitements par voie orale &# 8211; médicaments anticholinergiques tels que le bromure de propantheline (Probanthine®). glycopyrrolate (Robinul®), oxybutynine (Ditropan®) et benztropine (Cogentin®) sont souvent utilisés pour bloquer la transpiration, cependant, les effets indésirables tels que la vision floue, la bouche et les yeux secs, la rétention urinaire et la constipation limitent l’utilisation de ces médicaments .

iontophorèse &# 8211; Le patient utilise un dispositif alimenté par batterie pour fournir un faible courant continu d’électricité pour les mains ou les pieds alors que le patient&# 8217; le corps est immergé dans l’eau. Ce traitement est utile pour hyperhydrose plantaire et palmaire, mais il est difficile d’administrer les zones axillaires.

toxine botulinique de type A est approuvé par la US Food and Drug Administration pour le traitement de l’hyperhidrose axillaire. L’efficacité peut être observé dans la semaine et peut durer de 4 à 13 mois.

Le traitement chirurgical &# 8211; Tant l’ablation chirurgicale de la sueur ou l’ablation chirurgicale des nerfs qui innervent les glandes sudoripares ont été utilisés efficacement pour traiter l’hyperhidrose. Habituellement, ces treamtments sont réservés comme une option de traitement final après les autres options ont été essayées.

Les références:
1. Altman, RS, Schwartz (2006) Hyperhidrose. Emedicine.
2. Hornberger J, K Grimes, Naumann M, et al (2004) La reconnaissance, le diagnostic et le traitement de l’hyperhidrose focale primaire. J Am Acad Dermatol de 51: 274-286.

Liens externes: www.sweathelp.org

Robyn Siperstein, M.D.

dermatologie Département
Université de médecine et de dentisterie du New Jersey
New Jersey Medical School.

Hot tub folliculite est un, rouge, éruption cahoteuse démangeaisons qui se produit dans les 1-4 jours de baignade dans un bain à remous, un bain à remous ou piscine publique. Lorsque la température de l’eau augmente, les changements se produisent dans la quantité de chlore libre. Cela modifie la capacité du chlore pour tuer les bactéries et les bactéries se développent alors. La bactérie le plus souvent associé est Pseudomonas aeruginosa. Les bactéries infectent les follicules pileux et causer des bosses rouges et du pus ou Pimple comme des bosses à développer. Les zones qui sont généralement affectés comprennent les côtés du torse, les aisselles, les fesses, les bras, les cuisses et les seins. Otites, maux de gorge, maux de tête, de la fièvre et de malaise ont été associés à l’éruption. Rarement, l’infection peut se propager dans le sang.

Traitement:
L’éruption tend à disparaître de lui-même sans traitement dans les 7-14 jours, mais parfois des antibiotiques peut être appliquée sur la peau ou pris par la bouche pour hâter la résolution de l’éruption. Les mesures préventives comprennent la filtration de l’eau, la chloration automatique pour maintenir le chlore libre à 1 ppm, le maintien de l’eau pH entre 7,2 et 7,8, et en changeant l’eau.

Référence:
James WD, Berger TG, Elson DM. Andrews&# 8217; maladies de la peau: dermatologie clinique, 10e édition. Saunders 2005.

Angela Leo, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia.

UNE auréole naevus est une taupe avec un anneau blanc ou « halo » autour d’elle. Ils sont le plus souvent chez les enfants et les jeunes adultes des deux sexes. Ces taupes sont entièrement bénignes et sont qu’une importance esthétique. Les patients atteints d’un halo naevus ont habituellement aucun symptôme. Vitiligo, mélanome et atypiques naevus peuvent être vus parfois être vus ensemble.

Pathogénèse:
Pour des raisons inconnues, le corps sélectionne une mole ou moles particulier pour la destruction. Ceci est sans doute parce que la taupe est reconnue comme étant anormale ou étrangère d’une certaine façon. Un anticorps circulants et globules blancs spéciaux (cellules T) attaquent les cellules pigmentaires dans la taupe. Cela provoque la taupe centrale à disparaître du brun foncé au brun clair au rose, et éventuellement de faire disparaître complètement. Une partie de la réaction sur la peau normale autour de la taupe, qui possède également des cellules pigmentaires en elle, ce qui provoque le halo blanc.

Présentation:
naevus Halo sont généralement unique, mais peuvent être multiples. Ils peuvent se développer partout sur le corps, mais sont le plus souvent vu sur le tronc. Cliniquement, ils apparaissent comme une ou plusieurs de couleur uniforme, de forme régulière, ronde ou naevus ovale central avec des marges même périphériques de hypopigmentation (couleur plus claire que le ton de la peau normale). Les naevus centrales peuvent être tan, rose ou brun. La largeur du halo est variable mais elle est généralement de la distance radiale uniforme de l’hamartome central. Les naevus centrales peuvent persister indéfiniment ou disparaître complètement, dans certains cas, avec le halo restant. La coloration des naevus centrales ne peut changer ou peut devenir irrégulier ou rose ou rouge. Certains grains de beauté disparaissent progressivement avec repigmentation complète de la peau.

Traitement:
Toutes les personnes ayant des naevus halo devraient être interrogés pour une histoire personnelle ou familiale de mélanome malin, naevus atypique et vitiligo. S’il n’y a aucune apparence atypique ou irrégularité du naevus, il devrait être excisée pour un examen histologique. Si le naevus de halo a une apparence bénigne, aucun traitement ou le retrait est nécessaire. Cependant, le patient doit être suivi pour les examens périodiques de la peau. protection solaire quotidienne et l’utilisation d’un écran solaire est encouragée.

Les références:
James W.D. Berger T.G. Elston D.M. Maladies de la peau Andrews. 10e éd. Philadelphie: Elsevier Inc, 2006, pp 689-690..

Lela Lankerani, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia.

La maladie de Grover (GD) est également appelée dermatose acantholysée passagère. La cause de la GD est pas exactement connue, mais peut être associée à l’eczéma, la peau sèche, la transpiration, le rayonnement ultraviolet, et l’occlusion (par exemple des vêtements). GD a également été trouvé pour se produire en association avec d’autres conditions telles que la maladie rénale chronique. Microscopiquement, GD démontre un manque de cohésion entre les cellules de l’épiderme (couche de plus haut de la peau), un processus appelé acantholyse. GD est une affection bénigne, mais peut être très démangeaisons et irritant.

Présentation:
GD se trouve surtout chez les hommes âgés de plus de 60 ans, présentant de nombreuses démangeaisons, rouge, bosses écailleuses sur la poitrine, les épaules et l’abdomen supérieur. Les lésions peuvent même commencer des cloques minuscules, qui deviennent alors écailleuse. Les cas de GD ont tendance à devenir plus prononcée, au cours des mois d’hiver.

Traitement:
GD est le plus souvent traitée avec des crèmes et hydratants corticostéroïdes topiques. D’autres thérapies incluent la thérapie lumière ultraviolette, l’isotrétinoïne (un agent utilisé pour l’acné), et systémiques des corticostéroïdes (par voie orale). En outre, le contrôle de la transpiration et éviter le soleil peut apporter une amélioration.

Les références:
Casanova JM, Pujol RM, Taberner R et al. La maladie de Grover chez les patients atteints d’insuffisance rénale chronique en hémodialyse: examen clinicopathologique de 4 cas. J Am Acad Dermatol 1999; 41: 1029-1033.
James WD, Berger TG et Elston DM. « chroniques Dermatoses boursouflures. » Maladies de la peau Andrews ». 10e Ed. Saunders: Canada, 2006, 459-78.
Scheinfeld N et J. Mones de variation saisonnière de dyskératose acantholytique transitoire (maladie de Grover). J Am Acad Dermatol 2006; 55: 263-8.

Matthew Smetanick, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvanie.

Granulome annulaire est un problème de peau commune pour laquelle plusieurs variantes cliniques existent. Les deux variantes les plus courantes sont la forme localisée et la forme généralisée. D’autres variantes cliniques incluent micropapular, nodulaire, linéaire, perforant, patch ou interstitielle, et des formes profondes. Les femelles sont plus souvent touchées que les hommes. Granulome annulaire peut se produire dans tous les groupes d’âge, mais la forme localisée est habituellement observée chez les patients dans les trois premières décennies de la vie tandis que la forme généralisée est observée chez les patients au cours du quatrième au septième décennies. La cause de GA est inconnue.

Présentation:
Dans les deux formes les plus courantes de GA, localisées et généralisées, les lésions sont chair rose aux bosses ou des plaques violacées. Le plus souvent, la lésion suppose une configuration en forme d’anneau ou annulaire qui tend à élargir la force centrifuge. Rarement, les anneaux de plus de 5 cm de diamètre peuvent être observés. Dans la forme localisée, les lésions apparaissent principalement sur les articulations des mains et des doigts, les bras et les chevilles.

Dans la forme généralisée, il peut y avoir des centaines de milliers de petites bosses rouges ou beige dans une distribution symétrique sur le tronc et les extrémités. Le diabète peut être augmentée dans la forme généralisée. Après la guérison, la couleur rouge vire au brun avant que les lésions finissent par disparaître. Granulome annulaire ne conduit pas à la formation de cicatrices et il a habituellement pas de symptômes.

Traitement:
Granulome annulaire peut résoudre spontanément sans traitement après des mois à plusieurs années (dans les deux ans dans la moitié des cas) et donc l’observation et l’assurance peut être le traitement de choix. Les corticostéroïdes topiques avec ou sans occlusion ou des injections de corticostéroïdes intralésionnelles sont parfois bénéfiques dans localisée GA. Divers médicaments par voie orale ont été testés avec succès varié dans la forme généralisée et sont réservées pour les cas graves.

Les références:
Smith MD, Downie JB, DiCostanzo D. granulome annulaire. Int J Dermatol 1997; 36: 326.
Muhlbauer JE. Granulome annulaire. J Am Acad Dermatol. 1980; 3: 217-30.

Celeste Angel, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia

syndrome de Gianotti-Crosti est une éruption relativement courante affectant les enfants dans le monde entier. Presque tous les patients sont entre 3 mois et 15 ans, le plus souvent entre 1 et 6 ans. Elle affecte les hommes et les femmes aussi.

Présentation:
Il est le plus souvent une éruption rouge bosselée, ce qui est généralement pas des démangeaisons ou douloureux. Il commence soudainement, parfois suite à un mal de gorge, une faible fièvre, toux / symptômes du rhume ou de la diarrhée. L’éruption est généralement symétrique et trouvé sur les joues, les bras, les jambes et les fesses. Le tronc, les genoux, les coudes, les paumes et les semelles sont généralement pas impliqués. L’éruption peut durer plusieurs semaines.

La cause du syndrome de Gianotti-Crosti est inconnue, bien qu’un certain nombre d’hypothèses ont été proposées. Il se produit parfois en association avec des infections virales ou bactériennes, ainsi que des vaccinations récentes. À un moment donné, le virus de l’hépatite B a été pensé pour être le virus le plus commun associé avec le syndrome de Gianotti-Crosti, mais on pense maintenant que le virus d’Epstein-Barr est le plus commun. D’autres virus impliqués comprennent l’hépatite A et C, le cytomégalovirus, le virus de l’herpès humain 6, le virus Coxsackie, le rotavirus, le parvovirus, le molluscum contagiosum, le virus respiratoire syncytial, échovirus, les oreillons, le virus parainfluenza et le virus de l’immunodéficience humaine. associations bactériennes comprennent Bartonella henselae, β-hémolytique streptocoques, Borrelia burgdorferi, et Mycoplasma pneumoniae. Il a également connu depuis longtemps qu’il existe une association entre le syndrome de Gianotti-Crosti et la vaccination avec l’éruption apparaissant jours à quelques semaines après la vaccination.

Traitement:
syndrome Gianoti-Crosti est bénigne et auto-limitée, même si elle peut durer plusieurs semaines. Il est typiquement non irritante et ne présentent aucun symptôme, et donc le traitement est souvent non nécessaire. Si, les corticostéroïdes topiques démangeaisons ou gênants (à savoir hydrocortisone), des antihistaminiques oraux ou des médicaments anti-démangeaison topiques peuvent être utiles.

Référence:
Brandt O, Abeck D, Gianotti R, le syndrome de Burgdorf W. Gianotti-Crosti. J Am Acad Dermatol 2006; 54: 136-45.

Gregg Severs, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia.

Érythème polymorphe (EM) est une éruption cutanée qui présente des lésions cibles. Il est, de soi limité, une maladie récurrente aiguë qui affecte la peau et des muqueuses et est le plus souvent associé à l’herpès simplex virus. Les hommes sont touchés un peu plus souvent que les femmes. La plupart des patients sont moins de 40 ans avec 20% survenant chez les enfants et les adolescents.

Une cause fréquente de l’érythème polymorphe est une infection de l’herpès simplex. Comme par voie orale de l’herpès simplex, EM peut être précipité par l’exposition à la lumière du soleil. D’autres causes proposées comprennent orf et l’histoplasmose.

Histoire:
Dans EM, il peut y avoir aucune prodrome ou une infection bénigne des voies respiratoires supérieures. L’éruption commence brusquement, généralement dans les 3 jours. Il commence sur les extrémités, étant symétrique et la diffusion centralisée. La moitié des enfants atteints de l’éruption ont l’herpès labial récents. Elle précède habituellement le érythèmes polymorphes de 3 à 14 jours, mais il peut parfois être présent dès le début.

Examen:
L’iris ou la lésion cible est la fonction classique de la maladie.

Au départ, il est un endroit plat rouge terne ou papule qui agrandit légèrement jusqu’à 2 cm au-dessus de 24 à 48 heures. Au milieu, une petite bosse, vésiculaire, ou bulla se développe, aplatit, puis peuvent effacer. Les formes annulaires intermédiaires et devient élevé, pâle et enflée. La périphérie devient lentement pourpre et forme une lésion concentrique, ressemblant à une cible. Certaines lésions sont des cibles atypiques avec seulement 2 anneaux concentriques.

Le phénomène de Koebner peut se produire. Ceci est le cas d’une lésion se produit le long de la ligne de trauma et il est typique du psoriasis et le lichen plan.

Les lésions apparaissent d’abord sur les surfaces des extenseurs de la périphérie et se prolongent au centre. Les palmiers, le cou et le visage sont souvent impliqués, mais la plante et flexions des extrémités moins souvent. Il peut y avoir atteinte muqueuse dans 70% des patients, mais il a tendance à être légère et limitée à une seule surface de la muqueuse (par exemple de la bouche ou de la vulve). Les lésions buccales sont plus fréquentes avec les lèvres, le palais et la gencive affectée. Il peut y avoir conjonctive rouge et déchirure, mais la participation de l’oeil a tendance à être doux. implication génitale peut produire douloureuse bullae hémorragique et érosions.

enquêtes:
Aucune enquête spécifiques sont indiquées. Une biopsie de poinçon peut être nécessaire pour confirmer le diagnostic.

La gestion:
Dans la maladie récurrente due à HSV, la thérapie antivirale est utile. Le traitement symptomatique peut inclure des analgésiques, de la bouche de lavage et de soins locaux de la peau. stéroïdes crèmes peuvent être utilisées. Si la bouche est très douloureux, l’attention peut avoir à donner à l’hydratation et de la nutrition. Les gouttes lubrifiantes pour les yeux peuvent être nécessaires.

Complications:
L’infection secondaire de lésions peuvent se produire. Les complications graves sont rares chez un patient ayant un système immunitaire intact. Une bouche très douloureux peut conduire à une déshydratation et une mauvaise alimentation.

Pronostic:
La plupart des maladies disparaît complètement en 2 à 3 semaines sans aucune complication.

Valerie Nozad, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia.

epidermal naevus sont des tumeurs bénignes de la peau qui découlent de la prolifération de l’épiderme (couche supérieure de la peau) et / ou les cheveux et les glandes de la peau. Ils sont estimés à se produire dans 1 de 1000 naissances vivantes et affectent les hommes et les femmes aussi. La plupart des cas surviennent de façon sporadique au cours du développement de l’embryon, mais les modèles familiaux de succession ont été observées.

Présentation:
naevus épidermiques peuvent se produire dans une zone localisée de la peau ou être plus diffuse couvrant de grandes surfaces du corps. La majorité des naevus épidermiques apparaissent à la naissance ou dans la première année de vie, cependant, ils peuvent aussi se développer plus tard pendant l’enfance ou l’âge adulte. Ils peuvent être de couleur de peau, brun ou de couleur grisâtre et ont souvent une apparence linéaire.

Autres considérations:
La présence de multiples ou généralisée naevus épidermiques chez un nourrisson ou un enfant devrait inciter à envisager d’autres anomalies d’organes. Ces patients doivent être suivis de près pour assurer la réalisation des étapes de développement. naevus épidermique ou grandes étendues peuvent être associées à des troubles neurologiques, ainsi que des anomalies des os, des yeux, des voies urinaires et d’autres systèmes d’organes. Lorsque naevus épidermiques sont associés à la participation d’autres systèmes d’organes, la condition est appelée syndrome de naevus épidermique. L’établissement de ce diagnostic et dépistage des anomalies associées peuvent comporter des biopsies cutanées, des tests sanguins, analyse d’urine, les rayons X, les ultrasons, la tomodensitométrie (TDM) ou l’imagerie par résonance magnétique (IRM), et électroencéphalogrammes (EEG).

Traitement:
Le traitement est le plus souvent pour une amélioration cosmétique, ce qui réduit la défiguration, et de soulager l’inconfort. La localisation dans les zones cosmétiquement sensibles, tels que la tête et du cou peut être très embarrassant et pénible pour les patients. naevus épidermiques étendues peuvent couvrir une grande partie de la surface du corps et, si elle est présente dans les zones de friction, comme l’aine et les aisselles, peut devenir tendre et une source potentielle d’infection.

Le traitement des naevus épidermiques est difficile. traitements médicaux et chirurgicaux multiples ont été tentées, mais aucun traitement idéal ou universellement acceptable a émergé. Corticoïdes appliqués sous occlusion ou par injection, ainsi que la crème de trétinoïne appliqués localement, peuvent parfois être partiellement efficace. Une classe de médicaments appelés rétinoïdes oraux peut être bénéfique pour le traitement de la généralisation naevus épidermiques, mais peut nécessiter un traitement à vie. Le traitement de choix pour les petits naevus épidermique est l’exérèse chirurgicale. des moyens superficiels d’enlèvement aboutissent souvent à la récidive. approches agressives peuvent avoir plus de succès, mais aussi porter un risque plus élevé de cicatrices post-opératoires. excision, la dermabrasion, la cryochirurgie, l’électrochirurgie, la chirurgie au laser et chirurgical ont chacun été utilisés pour traiter les naevus épidermiques. En particulier, l’excision chirurgicale provoque toujours la formation de cicatrices et est donc réservée pour les plus petites lésions.

Dermabrasion, si superficielle, est associée à un taux élevé de récidive, et dermabrasion profonde peut entraîner des cicatrices épaissies. Cryochirurgie a des limites similaires, avec les risques, y compris la guérison lente, infection, gonflement, et non rare, coloration anormale de la peau. Les médecins ont été performants de traitement au laser sur naevus épidermiques pendant des décennies. Les progrès récents dans la technologie laser ont augmenté la facilité, la précision et la sécurité de ces traitements. Plusieurs méthodes fiables et efficaces pour le traitement des naevus épidermique avec des lasers ont été développés. Cependant, les récidives peuvent survenir des mois ou des années après le retrait de naevus épidermiques par un procédé quelconque.

Les références:
Levenberg ME, Ermolovich T, Purcell SM. Naevus épidermique de gestion dans le cadre du syndrome de l’épiderme. JAOCD 2006; 6: 58-61.

Gregg Severs, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia.

les cellules pigmentées de la peau peuvent former taupes bénignes ou cancer de la peau (mélanome malin). Le premier est généralement un diagnostic très simple, tandis que le second peut être plus compliqué. moles dysplasiques présentent le plus grand défi pour le diagnostic. Dans leur apparition sur la peau, ainsi que leurs caractéristiques sous le microscope, les taupes dysplasiques sont situés quelque part entre les grains de beauté bénins et le mélanome malin. Par conséquent, il est plus difficile de les diagnostiquer et arriver au traitement le plus approprié.

La première étape dans la gestion d’un naevus dysplasique est effectué par un dermatologue formé, qui effectue un dépistage de la peau à l’oeil nu. Moles qui sont plus suspectes que d’autres sont isolés puis réexaminés avec un dermatoscope (un microscope éclairé permettant une meilleure visualisation). Si les taupes sont jugés suffisamment suspect, une biopsie (ablation d’un morceau de peau pour examen au microscope) est effectuée.

naevus dysplasique est une taupe trouve couramment constitué de cellules pigmentées. Ces taupes tirent leur nom du fait qu’ils sont irréguliers; pas parfaitement ronde, et avoir la couleur inégale. La signification de ces moles réside dans le fait que leur aspect ressemble à celui d’un mélanome malin.

la pensée médicale actuelle n’a pas atteint un consensus sur la bonne gestion de ces taupes. La plupart des naevus dysplasiques sont inoffensifs et ne seront pas se transformer en cancer de la peau au cours de la vie d’un patient. Cependant, dans certains cas, le risque de se transformer en mélanome est augmenté, et dans d’autres, il est impossible de différencier leurs caractéristiques de ceux du cancer de la peau.

La prochaine étape est l’examen par un pathologiste de la peau (dermatopathologiste). Un dermatopathologiste est un médecin formé pour évaluer les échantillons de peau sous le microscope. Un pathologiste de la peau examine la biopsie afin de déterminer si elle ressemble le plus à une taupe bénigne ou d’un mélanome malin. Si la taupe échantillonné ressemble à un naevus bénin, mais a certains traits irréguliers, le pathologiste note que dans sa / son rapport. Si l’échantillon de peau ressemble à un mélanome malin, mais ne satisfait pas toutes les caractéristiques d’une tumeur maligne, le pathologiste caractérise comme «non conventionnel», «très atypique», ou «inhabituel». Habituellement, les grains de beauté ressemblant à un mélanome doivent être enlevés avec une marge de peau normale. Bien qu’il soit clair que même les taupes sévèrement atypiques ne sont pas des mélanomes, dans de nombreux cas, ils ressemblent à des mélanomes si étroitement que la distinction correcte ne peut pas être fait. Par conséquent, de telles lésions sont excisés.

Parce que l’évaluation de moles dysplasiques est très complexe, l’habileté du dermatologue évaluer et dermatopathologiste sont primordiales. Cela est particulièrement vrai des patients avec des dizaines ou des centaines de taupes cherchent irréguliers. Les patients avec de multiples grains de beauté irrégulière devraient chercher un dermatologue formé à dermoscopie parce que de nombreuses études montrent que cette formation augmente la précision du diagnostic.

Alexander Doctoroff, D.O. F.A.O.C.D.
Chef adjoint de dermatologie, Veterans Administration Medical Center
East Orange, New Jersey
Professeur adjoint de clinique de médecine,
Université de médecine et de dentisterie du New Jersey.
www.metropolitanderm.com

Presque tous les médicaments, y compris la prescription, sans ordonnance et à base de plantes suppléments / vitamines, sont associés des effets secondaires. Bien que l’ingestion de ces agents peut avoir un effet physiologique sur tout système d’organes, la peau est peut-être la cible la plus courante pour les effets secondaires imprévus.

éruptions de drogue touchent environ 3% de tous les patients et peuvent être largement divisés en deux catégories: intolérances et les allergies. L’intolérance à un médicament ou un supplément est un phénomène non-immunologique et comprend la majorité des éruptions. Des exemples de intolérances impliqueraient ruches secondaires de contraste radio, surdosage, cumulatif toxicité à savoir le rappel de rayonnement du méthotrexate, et les interactions médicamenteuses.

D’autre part, la vraie drogue allergies sont médiées par le système immunitaire d’un individu, et comprennent moins de 10% de toutes les réactions. Les facteurs de risque pour le développement de ces éruptions comprennent l’âge avancé, l’augmentation du nombre de médicaments concomitants, le sexe féminin, l’immunosuppression (à savoir le VIH et les patients transplantés), et diverses autres maladies, à savoir le foie et des problèmes rénaux. Rarement, les individus peuvent avoir une prédisposition génétique à développer ces réactions, comme en témoigne le «syndrome d’hypersensibilité anticonvulsivant», ce qui reflète une déficience héréditaire dans une enzyme importante nécessaire pour métaboliser certains médicaments.

Présentation:
éruptions médicamenteuses peuvent prendre un certain nombre de formes différentes, et peuvent ressembler à de nombreuses dermatoses communes et rares. Classiquement, la plupart des éruptions de drogue se produisent dans les 7-14 jours de l’ingestion d’un médicament en particulier, bien que ce délai peut être plus ou moins longue en fonction de l’exposition antérieure, la quantité de médicaments pris, et la fonction hépatique / rénale. Peut-être le type le plus commun de réaction est l’éruption maculo-papuleuse, qui constitue environ 50% de toutes les réactions. Cliniquement, cela apparaît comme des taches rouges et les bosses, habituellement sur la poitrine, le dos, l’abdomen et les extrémités.

En règle générale, il épargne les paumes et les plantes, et affecte rarement le visage. D’autres exemples moins communs des éruptions de drogue comprennent urticaire aka, éruptions fixes de médicaments, érythème polymorphe, acanthosis nigricans, éruptions acnéiformes, pustulose exanthématique aiguë généralisée, l’alopécie aka « perte de cheveux  » urticaire ‘, stomatite aphteuse aka’ aphtes ‘, éruptions bulleuses, érythème noueux, dermatite exfoliative, hyperplasie gingivale, éruptions lichénoïdes, le lupus érythémateux, Onycholysis aka ‘nail effusion’, photosensibilité, dépigmentation, prurit, psoriasis, purpura / vascularite, le phénomène de Raynaud, et la xérostomie alias «bouche sèche». Le nombre de présentations possibles de l’éruption de drogue est très grand.

Quoique rares, il n’existe plusieurs réactions médicamenteuses potentiellement mortelles, nécrolyse épidermique toxique à savoir (TEN) et le syndrome de Stevens-Johnson (SJS). Ces syndromes sont le plus souvent associés à des sulfamides, des anticonvulsivants, des anti-inflammatoires non stéroïdiens, et allopurinol, et transporter jusqu’à un taux de mortalité de 35%.

Traitement:
En plus d’une histoire complète et un examen physique, votre médecin doit examiner vos médicaments actuels et passés pour évaluer quel médicament est le coupable le plus probable pour votre éruption. Il est essentiel que vous divulguez tous les médicaments, même des suppléments à base de plantes et de vitamines, car ceux-ci sont connus pour interagir avec de nombreux médicaments sur ordonnance. Il est également important de se prononcer sur un problème dermatologique primaire concomitante, ce qui est souvent difficile. La biopsie de l’éruption est souvent nécessaire pour confirmer le diagnostic. Peut-être l’étape la plus importante dans le traitement une fois une éruption de drogue est établie est la cessation du médicament incriminé.

Résolution de l’éruption est fondée sur la «vie» active du médicament, ainsi que tous les problèmes de foie / rein potentiels qui peuvent entraver le métabolisme et l’excrétion de l’organisme. Si l’éruption est symptomatique, votre médecin peut vous prescrire des corticostéroïdes topiques / oraux, les antihistaminiques et les soins de soutien généraux. Dans les cas où la réaction est sévère à savoir TEN ou SJS, les patients sont souvent gérés dans une unité de soins intensifs avec des soins de soutien agressif utilisant une approche multi-spécialité. Les patients qui sont identifiés comme ayant une déficience enzymatique génétique les prédisposant à des réactions doivent informer leurs membres de la famille de cette condition afin de prévenir des problèmes similaires.

Une fois qu’un médicament «intolérance» ou «allergie» est identifié, vous devez alerter tous les futurs médecins et du personnel médical à la médication et le type de réaction vous avez vécu. Bien qu’une éruption médicamenteuse positive est normalement basée sur l’histoire et la relation temporelle, votre médecin peut choisir de «patch test» ou re-challenge vous si les médicaments en question sont nécessaires pour vos soins médicaux continus.

Les références:
Fitzpatrick JE, Aeling JL. Secrets de Dermatologie en couleur. 2e édition.
Litt JZ. Toxidermies Manuel de référence. édition de 1998.
Drake LA, Dinehart SM, Agriculteur ER et. Al. Directives de soins pour cutanées éruptions indésirables. J Am Acad Dermatol 1996; 35: 458-61.

Brian Walther, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia.

dermatofibroma est une lésion cutanée courante qui est généralement rencontré chez les adultes d’âge moyen et se produisent rarement chez les enfants. On soupçonne que DSF sont initiés par des blessures à la peau, comme les piqûres d’insectes et les traumatismes. Il est possible que après la blessure guérit le corps dans un DSF de mode production anormale. Dermatofibromas se produisent le plus souvent sur les membres inférieurs, mais peuvent être vus en tout lieu. Ils ont généralement aucun symptôme. La douleur et les démangeaisons peuvent survenir occasionnellement. DF de sont inoffensifs et ne jamais devenir cancéreuses, si le diagnostic est incertain, une biopsie serait recommandé.

Présentation:
Ils sont des bosses fermes, simples, élevées en forme de dôme qui sont généralement tan à rose. Pincer la lésion résulte doucement dans un mouvement descendant de la lésion, connue sous le signe fossette. DSF mesurent habituellement de quelques millimètres à 10 mm de diamètre. Tout élargissement progressif au-delà de 2 ou 3 cm suggère une variante maligne et une biopsie est indiquée.

Traitement:
DSF sont généralement asymptomatiques et ne nécessitent pas de traitement. Le traitement serait considéré comme si elles obtiennent de la manière de se raser ou irrités par les vêtements. DF de peut être biopsiés ou excisées pour exclure des lésions d’origine maligne. Excision à des fins cosmétiques laisse des cicatrices qui sont évidentes et parfois plus sensible que la lésion initiale. Une autre modalité utilisée est la congélation à l’azote liquide; mais cela ne traite que la partie supérieure de la croissance et peut-être besoin de répétition. Involution ou de régression partielle peuvent se produire après de nombreuses années si la lésion est laissé seul.

Les références:
James W.D. Berger T.G. Elston D.M. Maladies de la peau Andrews. 10e éd. Philadelphie: Elsevier Inc, 2006, p. 611.

Lela Lankerani, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia.

Stephen M. Purcell, D.O. F.A.O.C.D.

Professeur et Président du Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine
Philadelphie, Pennsylvannia
www.adaltd.com

UNE kyste est une cavité fermée ou sac avec une doublure. Il peut être rempli d’un matériau fluide ou semi-solide. Certains des kystes plus fréquemment observés par les dermatologues découlent de différentes parties du follicule pileux.

Épidermoïdes ou sébacées kystes sont fermes, grosses bosses qui peuvent avoir un pore central ou trou. En règle générale, ils sont remplis de blanc, matériau semblable à du fromage qui peut avoir une odeur. Le plus souvent ces kystes se trouvent sur le visage, le cou, les épaules, la poitrine et le dos. Ils peuvent agrandir, vidanger ou devenir rouge ou enflammée.

Pilar ou trichilemmal kystes se posent aussi des follicules pileux et sont généralement considérés comme lisse, ferme, bosses arrondies sur le cuir chevelu. Souvent ce type de kyste n’a pas de pores ou d’un trou central. De temps en temps ce type de kyste peut expulser son contenu ou devenir rouge et enflammée.

Dans la plupart des cas, les deux types de kystes sont bénins et le traitement peuvent aller de la laisser seule et de surveillance pour chirurgicalement exciser ou découper des kystes enflammés ou irrités.

Les références:
James WD, Berger TG, Elson DM. Andrews&# 8217; maladies de la peau: dermatologie clinique, 10e édition. Saunders 2005.

Angela Leo, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia.

Stephen M. Purcell, D.O. F.A.O.C.D.
Professeur et Président du Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine
Philadelphie, Pennsylvannia
http://www.adaltd.com/

Cellulite est une infection de la peau caractérisée par une rougeur, un gonflement et la douleur. Dans la plupart des cas, il existe une fièvre associée et l’augmentation du nombre de globules blancs dans le sang, un marqueur de l’infection. Elle peut être accompagnée par la diffusion dans les vaisseaux lymphatiques considérés comme une traînée rouge sur la peau et / ou gonflement des ganglions lymphatiques. organismes d’infection causant, comme les bactéries, pénètrent dans la peau au niveau des sites de traumatisme ou de rayures, ou par une maladie déjà existante de la peau, comme le psoriasis, l’eczéma ou une infection fongique (pied d’athlète).

L’érysipèle est également un type d’infection de la peau; Cependant, il ne fait intervenir que la couche superficielle ou à la surface de la peau. Cellulite d’autre part se prolonge vers le bas pour la peau plus profonde et dans la graisse. La cause de la cellulite est habituellement les bactéries qui ont gagné l’accès à travers la peau à partir d’une rupture de la barrière naturelle de la peau. Chez les adultes les bactéries les plus courantes sont les streptocoques du groupe A ( « streptocoque ») et Staphylococcus aureus ( « staphylocoque »). Chez les enfants de moins de 3 ans Haemophilus influenzae de type B peuvent être impliqués. Cependant, avec l’utilisation de la vaccination de routine cette forme de cellulite est devenue beaucoup moins fréquente.

Cellulite peut se développer sur ce qui semble être une peau normale ou à côté des sites de chirurgie ou d’ulcères. Il n’y a pas de frontière distincte entre la peau infectés et non infectés. La rougeur associée aux fondus d’infection et se fond dans la peau environnante. Parfois, la cellulite peut se reproduire plusieurs fois à un endroit précis sur le corps. Souvent, lorsque cela se produit un problème veineuse ou lymphatique sous-jacent peut exister, ce qui compromet la circulation du corps. Cellulite qui revient sur la jambe peut souvent être associée à une lésion cutanée préexistante comme un ulcère ou de l’érosion. Ces zones agissent comme des portails ou des portes pour l’infection à entrer par. Le drainage lymphatique peut être endommagé par la cellulite précédent, avec une intervention chirurgicale de résection des ganglions lymphatiques et de la radiothérapie.

Présentation:
Le diagnostic est fait par l’aspect clinique distinctif de la cellulite, qui comprend rougeur, chaleur, gonflement et douleur. Souvent, il est difficile d’isoler ou de faire croître les bactéries pathogènes, par conséquent, les cultures peuvent être ou ne pas être utile. La fièvre peut être présente. Plusieurs anomalies de laboratoire (augmentation du nombre de globules blancs dans le sang et une augmentation de la vitesse de sédimentation) peuvent indiquer une infection active dans le corps. Ces changements de laboratoire sont révélateurs de l’inflammation et de l’infection et ne sont pas tout à fait spécifique pour la cellulite.

Chez les patients atteints d’autres conditions médicales (diabète, les tumeurs malignes du sang, l’abus de drogues injectables, le VIH, ou l’utilisation de la chimiothérapie), les cultures sont plus susceptibles de montrer la présence d’un organisme bactérien. Ce organisme tend à être différent de celui du «streptocoque» plus communément impliqués ou bactéries «staphylocoque». Certaines des bactéries qui peuvent causer la cellulite chez ces patients comprennent Acinetobacter, Clostridium, Enterobacter, Escherichia coli, Haemophilus, Pasteurella, Proteus, Pseudomonas et d’autres formes de streptocoque du groupe B comme la ou G.

Traitement:
Traitement de la cellulite implique l’utilisation d’antibiotiques. Pour les patients sans tous les problèmes médicaux d’un antibiotique à large couverture contre l’angine ou le staphylocoque est généralement donné. En règle générale, une forme de pénicilline ou céphalosporine est donnée. Pour les infections plus graves de l’antibiotique peut être administré par intraveineuse et l’hospitalisation peut être nécessaire. Les antibiotiques peuvent être modifiées ou ajoutées si aucune amélioration est visible ou si l’on craint pour un type de bactéries autres que streptocoque ou staphylocoque causant l’infection. La douleur peut être soulagée par des compresses froides et imbibe. L’élévation de la jambe peut accélérer la récupération de la cellulite affectant la jambe. Pour les patients qui éprouvent de nombreux épisodes d’antibiotiques de la cellulite peut être donné pendant des mois ou des années à la fois.

Certains facteurs peuvent jouer un rôle dans le développement de la cellulite et peuvent avoir besoin d’être traités afin de briser le cycle de cellulites ces facteurs. Tinea des bandes d’orteil, plus communément connu sous le nom du pied d’athlète, peut fixer la peau pour la cellulite récurrente. Le champignon du pied d’athlète les dommages de la peau permettant aux bactéries d’entrer. Par conséquent, votre médecin peut souligner l’importance de traiter le pied d’athlète. Cellulite récurrente a également été rapportée chez ceux qui ont eu veines des jambes enlevées pour coronariennes le pontage coronarien (CABG).

Autres types de Cellulite:

Cellulite faciale
Cellulite faciale peut se produire chez les enfants et les adultes et peut être une maladie potentiellement grave. La fièvre, l’irritabilité, l’enflure et des rougeurs commencent brusquement sur un jour ou deux sur la joue. L’infection est assez séreuse qu’elle peut se propager aux méninges du cerveau, causant la méningite.

Haemophilus de type B Cellulite
Haemophilus de type B cellulites développe après une blessure à la bouche ou se propage d’une infection de l’oreille moyenne (otite moyenne). Les enfants entre 6 mois et 5 ans ont été historiquement touchés. Les anticorps d’une mère à protéger les enfants de moins de 6 mois d’âge. Toutefois, le recours à la vaccination de routine a fait de ce type de cellulite moins fréquents. Les symptômes commencent après une infection des voies respiratoires supérieures (IVRS).

Fever installe rapidement et peut devenir très élevé. La joue devient tendre, chaleureux et développer une couleur rouge à violet, un phénomène connu sous le nom de «syndrome de la joue meurtrie ». La méningite peut se développer et une ponction lombaire peut être réalisée à l’aide dans le diagnostic. Une culture prélevée sur un échantillon de sang peut pousser l’organisme.

Cellulite autour de l’oeil (périorbitaire Cellulite)
cellulite périorbitaire est une infection de la peau des paupières. Les enfants sont plus susceptibles d’être affectés. Souvent, une sinusite initiale, URI ou blessure à l’oeil précède le développement de ce type de cellulite. Il y a apparition rapide de la chaleur, rougeur et gonflement des paupières et les muqueuses de l’œil. Typiquement un patient maintient leur capacité à déplacer l’œil et de regarder autour.

Orbital Cellulite
Cellulite orbitale est une urgence médicale. Ceci est une maladie assez rare. Les signes et les symptômes incluent chute de la paupière, l’incapacité de bouger l’œil, et des troubles visuels, comme une vision double. Sinusite précède généralement cette condition et l’infection se propage directement dans les sinus ou piste vers l’arrière à travers les veines du visage pour infecter l’orbite ou de l’œil. Les complications comprennent la formation d’abcès (collections ou des poches de pus et de l’infection), la cécité, les mouvements oculaires limité, et une vision double. Des complications plus rares, mais graves, notamment la thrombose du sinus caverneux (une forme de caillot de sang) et des abcès du cerveau et encore plus rare, la méningite peut se développer.

Le traitement comprend l’hospitalisation, des antibiotiques IV, en imaginant (comme un scanner), et la vision examen. Certaines infections nécessitent une intervention chirurgicale pour réduire la pression et vidanger l’infection.

Cellulite périanale
Cellulite périanale se produit généralement chez les enfants et est une cellulite ou une infection de la peau entourant l’anus. La bactérie habituelle est un groupe A streptocoque, le type qui provoque souvent une angine streptococcique. La peau autour de l’anus apparaît rouge vif et peut également être infecté par une levure comme Candida. Les symptômes associés comprennent les mouvements intestinaux douloureux, la tendresse, les démangeaisons, les fuites de selles, selles qui sont teintées de sang. Un mal de gorge peut précéder le développement de cellulite périnéale. D’autres maladies qui peuvent causer une éruption cutanée apparaissant similaires sont des levures (Candida) l’infection, le psoriasis, les oxyures, les allergies, les maladies inflammatoires de l’intestin, la dermatite séborrhéique et même la maltraitance des enfants. Les cultures de la peau confirment la présence de la cellulite.

Le traitement comprend un antibiotique pris par la bouche, ce qui devrait également traiter l’angine streptococcique si elle est présente. En outre, une crème antibiotique topique peut être prescrit à appliquer à l’éruption d’un soulagement prouvé plus rapide des symptômes. L’infection peut se reproduire et les cultures doit être effectué à nouveau.

Pseudomonas Cellulite
Cellulite Pseudomonas se produit comme une infection localisée à une zone spécifique ou dans le cadre d’une infection du sang plus grave avec Pseudomonas. Pseudomonas est un type de bactérie trouve généralement dans des environnements humides, comme des tubes chauds et d’autres types de réservoirs d’eau. La forme localisée se développe sur les sites d’infection fongique, comme le pied d’athlète (Tinea pedis) ou l’eczéma marginé (Tinea cruris), ainsi que dans les plaies de lit, les ulcères de jambe, des brûlures, des greffes de peau, des sites de lésions traumatiques, ainsi que sur le pénis des hommes incirconcis . La peau dans ces zones est humide et a perdu sa barrière protectrice permettant aux Pseudomonas de prospérer et de se développer et d’avoir accès à la peau plus profonde.

La peau est rouge sombre en couleur. Il peut émettre un fruité (raisin) ou de l’odeur « mousey ». Érosions se développer comme la peau est décomposé et morts (nécrotique) peau accumule. Cloques et pustules (pus bosses remplies) peuvent entourer la zone d’infection. Quand une septicémie Pseudomonas (infection du sang sévère) existe, une profonde, la cellulite douloureuse peut se développer qui peuvent accumuler des morts (nécrotique) tissus. Le traitement comprend des compresses de vinaigre et d’antibiotiques par voie orale. infections cutanées sévères et les infections sanguines nécessitent des antibiotiques et d’hospitalisation IV.

Habif, TP. Clinicial Dermatologie un guide de couleur pour le diagnostic et la thérapie, Mosby, Inc. 2004, p. 273-278, 292.

Angela Leo, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia.

la maladie de Bowen est le carcinome spinocellulaire in situ de la peau. Il est une forme très superficielle de cancer de la peau. Cela signifie que les cellules cancéreuses n’envahissent la peau sous l’épiderme (haut niveau de la peau).

Facteurs de risque:
L’exposition à la lumière du soleil, surtout lorsque la peau est juste, est un facteur de risque important. L’infection virale a été impliquée, en particulier le virus du papillome humain (HPV habituellement 16, mais plus rarement le VPH 2). D’autres produits chimiques cancérogènes et les traumatismes ont été suggérés, mais souvent pas de facteur de risque spécifique est trouvé. L’exposition à l’arsenic est moins importante qu’elle ne l’était autrefois. L’arsenic utilisé pour être trouvé dans Fowler&# 8217; la solution utilisée pour traiter le psoriasis, Gay&# 8217; la solution utilisée pour traiter l’asthme, contaminé l’eau de puits et de certains pesticides.

Lorsqu’elle est associée à la lumière du soleil, le risque est beaucoup plus élevé pour les Blancs. Certaines sources affirment qu’il n’y a pas de différence dans l’incidence entre les sexes alors que d’autres affirment que Bowen&# 8217; la maladie de 3 fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. Il survient le plus souvent chez les personnes âgées entre 60 et 70.

Examen:
la maladie de Bowen présente comme une lésion rouge, plat ou soulevé de plus en plus lentement. Il est fortement délimité et écailleuse avec une rose ou rouge surface. Il peut y avoir une petite érosion sur la surface, ou il peut être en croûte. Les lésions varient en taille de quelques millimètres à quelques centimètres. Ils sont rarement pigmentés. Lésions ont généralement aucun symptôme, mais peuvent saigner. Ils sont souvent trouvés sur les sites exposés au soleil et sont les plus courantes sur la tête et du cou, suivie par les membres. la maladie de Bowen peut se produire ailleurs, par exemple comme un trouble de la vulve. Quand il se pose sur le gland du pénis, il est appelé érythroplasie de Queyrat. Le diagnostic est souvent retardé comme la maladie de Bowen ne dérange pas les patients et peut ressembler à des tumeurs bénignes de la peau.

La gestion:
La biopsie est nécessaire pour le diagnostic histologique.

L’excision chirurgicale
est généralement adapté pour de petites excroissances qui ne sont pas sur le visage ou les chiffres. Bien que la lésion semble bien circonscrites, il peut se prolonger au-delà des frontières apparentes. Par conséquent, au moins 5 mm de la peau claire doit être excisée autour de la croissance visible.

chirurgie micrographique Mohs est excellent pour agrandir lésion et ceux sur le visage ou les chiffres, où il est important d’être aussi épargnant que possible avec la mesure de l’excision.

Cautérisation, curetage et cryothérapie peut être satisfaisante, mais ils donnent aucun diagnostic histopathologique et risquent de ne pas atteindre tous les tissus touchés.

x-ray Superficial traitement peut être le meilleur pour ceux inappropriés pour la chirurgie, en particulier avec de multiples lésions. Topique 5% de crème fluouracil et la crème d’imiquimod peuvent être utilisés.

La thérapie photodynamique (PDT)
peut être utile.
Pronostic est excellent, en particulier avec le traitement. Non traitée, 3 à 5% de progression carcinome à cellules squameuses invasives, et les métastases sont rares.

Valerie Nozad, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia.

Bleu naevus sont des lésions bénignes qui sont habituellement acquises pendant l’enfance ou l’âge adulte. Il est rare que ils présentent à la naissance. Ce sont des collections de mélanocytes, les cellules pigmentées de la peau. Les mélanocytes migrent habituellement à l’épiderme (couche supérieure de la peau) pendant le développement du fœtus.

En naevus bleu, ils restent dans le derme (la couche moyenne de la peau). Il existe plusieurs types de naevus bleu. Les deux formes les plus courantes sont naevus bleu commun et naevus bleu cellulaire.

Présentation:
Toutes les variantes de naevus bleus apparaissent généralement aussi bien circonscrits, lisse, bleu au bleu-gris ou bleu-noir bosses fermes en forme de dôme (papules ou nodules). La couleur bleue ou grise apparaît en raison de l’effet Tindall (diffusion de la lumière à partir de pigment brun profond). En d’autres termes, si les cellules composant naevus bleus étaient situés plus superficiellement, ils auraient l’air brun. Comme le pigment est situé profondément dans la peau, il apparaît en bleu ou gris.

naevus bleus sont le plus souvent situés sur le cuir chevelu, la région du sacrum et les sommets des mains et des pieds. naevus bleu commun sont généralement moins de 1,0 cm de diamètre. Ils peuvent se produire n’importe où, mais la majorité de ces lésions sont trouvées sur les mains et les pieds. naevus bleu cellulaire sont généralement plus grandes, allant de 1 à 3 cm de diamètre. La majorité des naevus bleus cellulaires sont situés sur les fesses ou la zone sacrale.

Traitement:
naevus bleu qui sont moins de 1 cm et sont asymptomatiques et ne changent pas de taille, de forme, de couleur ou de texture peuvent être surveillés par votre dermatologue sur une base régulière. La biopsie de peau ou l’excision chirurgicale doivent être effectuées sur des lésions multinodulaires ou plaque-like et toute lésion qui change ou devient symptomatique (démangeaisons, une sensibilité, des saignements, etc.).

Les références:
Gonzalea-Campora R, et al. Bleu naevus: types classiques et entités liées – un diagnostic différentiel. Pathol Res Pract 1994; 190: 627.

Celeste Angel, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvanie.

Le naevus de Becker est une lésion bénigne survenant dans toutes les races. Bien qu’il soit généralement acquise, certains cas sont congénitales. Les lésions ont un début, pendant ou après la puberté et sont plus fréquents chez les hommes que chez les femmes.

Présentation:
Les naevus de Becker apparaît généralement comme une lésion unique et varie en taille de quelques centimètres de diamètre à la taille de la paume ou plus. Il se présente sous la forme d’un patch poilu brun sur un côté du corps. L’épaule, le dos et la zone sous le sein sont souvent touchés. La couleur du timbre varie de manière uniforme beige au brun foncé. Les lésions sont bien délimitées, mais les marges sont généralement irrégulières.

Le centre de la lésion peut présenter un léger épaississement de la peau. Pilosité se développe habituellement après la pigmentation, et les poils deviennent plus gros et plus sombre avec le temps. Le naevus de Becker agrandit lentement pendant un an ou deux mais reste stable en taille. Normalement, les lésions sont asymptomatiques, mais certains patients ont signalé des démangeaisons.

Traitement:
Les patients atteints de naevus de Becker devraient être évalués pour les anomalies des tissus mous et osseux qui peuvent parfois être associés à cette condition. Le traitement est habituellement pas nécessaire et se fait habituellement pour des raisons esthétiques. Électrolyse, épilation, maquillage de camouflage, l’excision chirurgicale avec des traitements de greffage et laser peuvent être offerts au patient. Le composant pigmenté de ces lésions peuvent être traitées avec succès avec des lasers, mais les taux de récidive sont élevés et les cheveux est restée inchangée.

Les références:
James W.D. Berger T.G. Elston D.M. Maladies de la peau Andrews. 10e éd. Philadelphie: Elsevier Inc, 2006, p. 687. Danarti R, Konig A, A Salhi, et al. syndrome de naevus de Becker revisité. J Am Acad Dermatol 2004; 51 (6): 965-969.

Lela Lankerani, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia.

Quel est le carcinome baso-cellulaire?

Le carcinome basocellulaire (BCC) est la forme la plus commune de cancer de la peau. Dans la grande majorité des cas, elle est causée par l’exposition chronique aux rayonnements solaires nocifs et se produit le plus souvent sur les zones du corps exposées au soleil donc. Carcinomes basocellulaires sont plus fréquents chez les hommes, avec un ratio homme-femme d’environ 2: 1. Les gens à la peau claire, cheveux blonds, bleu, vert, ou les yeux gris sont les plus à risque de développer ce cancer de la peau. Dans quelques cas, il y a d’autres facteurs tels que l’immunosuppression (un système immunitaire affaibli), des antécédents familiaux de cancer de la peau, des brûlures, et l’exposition à l’arsenic et le rayonnement.

Carcinomes basocellulaires sont des tumeurs caractérisées par l’invasion progressive des tissus adjacents à croissance lente. Ces tumeurs sont rarement mortelle et leur capacité à métastaser est inférieure à 0,1%. Habituellement, les seules carcinomes basocellulaires que métastasent sont ceux qui sont négligés et non traités.

Présentation:
Le carcinome basocellulaire peut avoir plusieurs apparences différentes sur votre peau. La BCC nodulaire présente initialement comme une bosse ou un nodule avec des vaisseaux sanguins sur sa surface. Comme la lésion progresse, il peut former une plaie non-guérison. Le BCC superficiel apparaît comme une rose, plaque squameuse. Carcinomes basocellulaires pigmentés peuvent apparaître comme la nodulaire ou variante superficielle, mais avec différentes quantités de pigment brun ou noir. Le sclérosante (sclérodermiforme) BCC présente comme une zone difficile rose ou blanchâtre sur la peau qui est semblable à une cicatrice. Cette variante présente modèle de croissance le plus agressif de tous les carcinomes basocellulaires. Il est donc le plus difficile à traiter. Heureusement, les carcinomes basocellulaires sclérosantes ne représentent que 5% de tous les carcinomes basocellulaires. Les zones de la tête et du cou sont les endroits les plus fréquentes de carcinomes basocellulaires, mais ils peuvent être trouvés partout sur la peau.

Le syndrome névoïde de base de carcinome cellulaire (syndrome de Gorlin).
le syndrome de carcinome baso-cellulaire névoïde (également connu sous le nom de syndrome de naevus basocellulaire et le syndrome de Gorlin) est une maladie génétique rare caractérisée par de multiples anomalies. Elle est causée par des mutations dans le gène patched situé sur le chromosome 9. Les manifestations cliniques les plus fréquentes de névoïde syndrome de carcinome baso-cellulaire (NBCCS) comprennent de petites indentations ou des fosses sur les paumes et la plante (vu dans 87% des patients), de multiples carcinomes basocellulaires (vu dans 80% des Caucasiens, et 38% des Afro-Américains), des cavités dans les mâchoires (74%), et « visage grossier » (54%). De multiples autres anomalies ont également été décrites. Rayons X de différents os, la colonne vertébrale et le crâne montrent également des caractéristiques anormales.

La gestion de plusieurs carcinomes baso-cellulaires chez les patients NBCCS présente un défi important. interventions chirurgicales multiples réalisées avec l’utilisation de l’excision traditionnelle, ainsi que
Mohs techniques de chirurgie micrographique sont souvent une source d’inconfort, la douleur et la défiguration pour les patients atteints de NBCCS. resurfaçage au laser CO2, ainsi que de la crème imiqumod peut être utilisé dans le traitement de cette affection.

Traitement:
Le diagnostic de la BCC doit être confirmé par une biopsie de la peau. Les options de traitement pour ce type de cancer de la peau comprennent l’excision, la chirurgie micrographique de Mohs, curetage et electrodessication, la radiothérapie, la cryochirurgie, et l’utilisation de la crème imiquimod.

Dans chirurgie micrographique Mohs. l’excision de la lésion est suivie par une analyse immédiate de la pièce de peau excisée. Les contrôles chirurgien si la tumeur est toujours présente sur les marges de spécimens. Une fois que le chirurgien détermine que toutes BCC a été effacé, la peau est cousue ensemble. La chirurgie de Mohs est habituellement réservé aux carcinomes basocellulaires sur le visage, les tumeurs du sclérodermiforme sous-type, et des lésions récurrentes. Le but de la chirurgie de Mohs est d’enlever la plus petite quantité de tissu possible. Il est très précis avec des taux de guérison de 99%. Cette technique est très coûteuse et ne peut donc pas être utilisé dans tous les cas de carcinome basocellulaire. La chirurgie de Mohs peut prendre de quelques heures à une journée entière pour terminer.

excision conventionnelle
est utilisé dans le traitement des carcinomes basocellulaires qui ne répondent à aucun des critères mentionnés ci-dessus. La lésion est excisé avec une petite quantité de tissu normal autour de lui pour assurer une élimination adéquate. L’excision prend généralement moins d’une heure pour accomplir. Les taux de guérison sont rapportés comme étant d’environ 90%.

Curetage et electrodessication est une technique consistant à racler la surface, suivie par la combustion avec le courant électrique. La procédure prend environ 5-10 minutes avec des taux de guérison similaires à l’excision classique (environ 90%).

cryochirurgie et radiothérapie sont des techniques rarement employé. La cryothérapie est efficace, mais nécessite la guérison prolongée. La radiothérapie est habituellement réservé aux patients âgés chez lesquels la chirurgie est contre, ou pour les très grandes tumeurs, inopérables. Il est indolore, mais nécessite plusieurs visites. Les deux méthodes entraînent des taux de guérison supérieurs à 90%.

imiquimod la crème est un nouveau traitement non chirurgical pour carcinomes basocellulaires. La crème stimule le système immunitaire du patient pour attaquer le carcinome basocellulaire. Alors que la crème imiquimod provoque beaucoup d’irritation lors de l’utilisation, il aboutit finalement à un minimum de cicatrices. Les taux d’efficacité pour l’imiquimod sont signalés à être autour de 80%.

Les références
Doctoroff A, Oberlender AS, Purcell SM. Plein de dioxyde de carbone visage resurfaçage dans la gestion d’un patient avec le syndrome de carcinome baso-cellulaire névoïde. Dermatol Surg 2003; 29 (12): 1236-1240

Alexander Doctoroff, D.O. F.A.O.C.D.
Chef adjoint de dermatologie,
Veterans Administration Medical Center
East Orange, New Jersey

Professeur adjoint de clinique de médecine,
Université de médecine et de dentisterie du New Jersey

stomatite aphteuse est une maladie douloureuse de la bouche qui a tendance à aller et venir. Il commence avec de petites bosses rouges qui se développent plus tard en appel d’offres, des ulcères ou des plaies blanches. La douleur peut être si prononcée qu’elle interfère avec parler ou de manger. Les plaies peuvent varier en taille 3-10 mm et il peut y avoir qu’un seul ou plusieurs. L’emplacement le plus commun est à l’intérieur des joues et des lèvres, mais ils peuvent se produire sur la langue et le palais, et même sur les parties génitales et les yeux. Les ulcères ont tendance à disparaître sur un parcours de 1-2 semaines et se reproduire souvent.

Ils peuvent être provoqués par un traumatisme comme l’auto-morsures et blessures dentaires, des aliments comme les épices chaudes, les agrumes, ananas frais et de noix, le stress émotionnel, et les changements hormonaux de la grossesse, les menstruations et la ménopause. Les cas de stomatite aphteuse en cours d’exécution dans les familles ont également été signalés. La vraie cause de la stomatite aphteuse est pas connue, mais une infection ou une réaction immunitaire a longtemps pensé à jouer un rôle.

10-20% de la population est affectée par la stomatite aphteuse récurrente. La première épidémie se produit généralement pendant l’adolescence ou dans la vingtaine et les personnes concernées ont tendance à avoir outs pause pendant des décennies. Les enfants peuvent également être touchés et pas rare peuvent présenter des maux de gorge et de la fièvre avec les ulcères.

Les aphtes peuvent également être associés au syndrome de Behcet, l’anémie, les carences en vitamines, la maladie cœliaque, la maladie inflammatoire de l’intestin et même infection par le VIH.

Il n’y a pas de remède permanent pour la stomatite aphteuse et la plupart des traitements visent à réduire la douleur et les symptômes. Votre médecin peut vous prescrire des solutions ou des gels qui peuvent être appliqués sur les plaies. Mais si un déclenchement est connu, il doit être évité.

Les références:
James WD, Berger TG, Elson DM. Andrews&# 8217; maladies de la peau: dermatologie clinique, 10e édition. Saunders 2005.

Angela Leo, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia

Angiofibrome. aussi connu comme papule fibreuse, est une lésion relativement fréquente chez les mâles et les femelles après la puberté. Angiofibromes représentent la croissance focale des structures qui se trouvent normalement dans la peau vasculaires et de collagène. Elles sont le plus souvent présents que 1-5 mm, solitaires, à des bosses légèrement rouges couleur chair sur le nez, et ont aucune prédisposition héréditaire. Ces lésions peuvent parfois être confondus avec un carcinome baso-cellulaire.

Par conséquent, la biopsie est nécessaire pour faire la distinction. Uncommonly, les individus peuvent présenter de multiples angiofibromes distribués sur leur visage et moins souvent, d’autres parties du corps. angiofibromes multiples ont été associée à plusieurs maladies génétiques, y compris sclérose tubéreuse de Bourneville, le syndrome de Birt-Hogg-Dubé. et endocrinienne multiple de type néoplasie 1 (NEM1). Contrairement à la variante solitaire, ces conditions héréditaires ont constatations cutanées et systémiques supplémentaires.

Traitement:
Avant le traitement est considéré, la biopsie est souvent nécessaire pour confirmer le diagnostic et d’exclure d’autres possibilités, y compris le carcinome basocellulaire. Si des lésions multiples existent ou il y a une histoire familiale de lésions similaires, votre médecin peut ordonner laboratoire et des études radiographiques pour exclure les syndromes énumérés ci-dessus. En raison de la nature bénigne de angiofibromes et de petite taille, vous et votre médecin aurez besoin de discuter les avantages et les risques de la poursuite du traitement.

La majorité des traitements disponibles pour angiofibromes sont destructifs. Selon l’emplacement ou le nombre de lésions, votre médecin peut décider de choisir raser excision, dermabrasion, electrodessication et curetage ou la thérapie au laser pour traiter ces tumeurs. Une fois que ces croissances sont traités, ils viennent rarement en arrière, bien que de nouvelles lésions peuvent se former.

La majorité des traitements disponibles pour angiofibromes sont destructifs. Selon l’emplacement ou le nombre de lésions, votre médecin peut décider de choisir raser excision, dermabrasion, electrodessication et curetage ou la thérapie au laser pour traiter ces tumeurs. Une fois que ces croissances sont traités, ils viennent rarement en arrière, bien que de nouvelles lésions peuvent se former.

Les références:
Schaffer JV, Gohora MA, McNiff JM et al. Multiple angiofibromes facial: une manifestation cutanée du syndrome de Birt-Hogg Dubé. J Am Acad Dermatol 2005; 53: S108-111.

Brian Walther, D.O.
Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine / Hôpital Frankford
Philadelphie, Pennsylvannia

Œdème de Quincke est à tort, souvent considéré comme une ruche «profonde», mais il est un non-érythémateuse (pas rouge), non prurigineuse (pas de démangeaisons) gonflement de tout tissu « soft » du corps-à-dire des paupières, des lèvres, de la langue, les organes génitaux , joints, etc.). Il ne peut pas être reproduit par injection d’histamine sous la peau, et ne répond pas à l’administration d’antihistaminiques. (Ils disparaissent généralement spontanément – avec ou sans traitement, dans les 96 heures.) Les quelques biopsies étudiées ne présentent pas les mêmes changements microscopiques que l’on voit avec l’urticaire (urticaire).

La confusion provient de l’observation que angioedème ne se produit parfois avec des ruches (zébrures, urticaire), en particulier lorsque les ruches sont causés par l’aspirine, l’ibuprofène [et d’autres AINS], et IgE-allergènes. Plus souvent AE se produit sans l’urticaire, en particulier lorsqu’il est déclenché par les médicaments pour la pression artérielle appelés inhibiteurs de l’ECA, ou dans le cadre d’une maladie héréditaire rare (angio-œdème héréditaire (AOH). En l’absence de déclenchement est identifiable, l’œdème de Quincke est considérée comme idiopathique.

Vincent S. Beltrani, MD, FAAAAI

Professeur agrégé de clinique
Département de dermatologie, Université de Columbia
New York, New York
Professeur agrégé de clinique
Département de l’allergie, UMDNJ
Newark, New Jersey

Alopécie androgénétique, une maladie génétique, est la forme la plus fréquente de perte de cheveux touche environ 2/3 des hommes et 1/3 des femmes dans leur vie. Il est aussi appelé la calvitie masculine (MPB), androgène perte de cheveux et la calvitie commune. Chez les femmes, il est désigné comme modèle Femme alopécie.

L’alopécie androgénétique est causée par l’effet de la DHT (un sous-produit de la testostérone) sur le follicule pileux. DHT peut causer les follicules pileux dans certaines parties du cuir chevelu pour produire plus minces, des poils plus courts avec les plus faibles tiges de cheveux. Ces poils deviendront plus fine avec chaque cycle de cheveux jusqu’à ce qu’ils sont devenus vellus, presque invisibles poils ou ils meurent complètement.

En bref, la DHT raccourcit le cycle de cheveux de sorte que les cheveux que nous versons naturellement est remplacé par un cheveu plus mince à un rythme légèrement plus rapide. Ce processus par lequel les cheveux deviennent plus fins et plus mince, est désignée comme la miniaturisation.

Chez les hommes DHT affecte principalement la face, de dessus, et la couronne du cuir chevelu, épargnant le dos et les côtés. Chez les femmes, la perte de cheveux ont tendance à être plus généralisée en raison des effets à la fois de la DHT et l’enzyme aromatase.

Pour que les effets de l’alopécie androgénétique se montrer il doit y avoir trois conditions existantes: 1) les gènes héréditaires pour la perte de cheveux, 2) DHT en quantités suffisantes et 3) le passage du temps. Les patients souffrant d’alopécie androgénétique perdent généralement leurs cheveux à un rythme très progressif. Malheureusement, chez les patients qui commencent à chauve à un âge relativement jeune, la perte de cheveux peut être rapide.

Chez les hommes, le motif de cette perte de cheveux peut être relativement déterminée en utilisant le tableau de classification Norwood, un tableau des modèles de perte de cheveux qui peut aider à déterminer la perte de cheveux actuelle et future. Chez les femmes la classification Ludwig est utilisé.

L’évaluation de l’étendue de l’alopécie androgénétique et la nécessité éventuelle pour les traitements chirurgicaux ou médicaux est facilitée par l’utilisation d’un densitomètre. Avec densitométrie, le médecin peut analyser le cuir chevelu sous haute puissance de grossissement et de chercher des changements de diamètre des cheveux appelé miniaturisation – un signe qui est littéralement diagnostic de perte de cheveux androgénétique. Malgré l’utilité de cette technique, densitométrie est encore un art, et nécessite une expérience significative de la part du médecin pour obtenir des informations fiables.

Traitement:
Il existe deux médicaments approuvés par la FDA pour la perte de cheveux, le minoxidil et le finastéride. Minoxidil, le premier à être approuvé sous le nom de marque Rogaine, stimule miniaturisé cheveux pour revenir en arrière en plus épais, des cheveux plus sains. Finasteride, un DHT bloquant des médicaments pris par voie orale (nom de marque Propecia), est significativement plus efficace que le minoxidil dans le traitement de la perte de cheveux. Ces médicaments peuvent être utilisés ensemble et de travailler dans toutes les zones du cuir chevelu d’amincissement pour arrêter ou inverser le processus de miniaturisation. Les médicaments peuvent être particulièrement efficaces si commencé lorsque la perte de cheveux d’une personne est encore à ses débuts.

Dans les cas les plus avancés de la perte de cheveux, greffe de cheveux est nécessaire pour restaurer de l’un des cheveux. Cette procédure a avancé au point où ses résultats sont imperceptibles des cheveux existants. Follicular Unit Transplantation est la technique qui actuellement les procédures les meilleurs résultats cosmétiques.

Robert M. Bernstein M.D. F.A.A.D.

Professeur clinique de dermatologie
Collège des médecins et chirurgiens de l’Université Columbia
New York, New York
Bernstein médicale &# 8211; Centre pour la restauration de cheveux

www.bernsteinmedical.com

Quelle est la pelade?
La pelade est une maladie de cause inconnue caractérisée par un système immunitaire hyperactif (le système de l’organisme responsable de l’attaque des envahisseurs extérieurs, tels que des bactéries ou des virus ou de détruire les cellules cancéreuses). Étant donné que le système immunitaire des patients atteints d’alopécie areata ne fonctionne pas correctement, il attaque leurs propres cheveux. À la suite d’une telle attaque, les cheveux tombent et cesse de croître. La pelade est pas contagieuse.

Présentation
Le cours de cette condition est imprévisible. engagement initial moins (une ou deux taches) est généralement un bon signe. participation sévère dès le début, ou la présence de motif de ophiasis (voir ci-dessous) ne sont pas un bon indicateur pour l’avenir le succès du traitement. Le désordre présente le plus souvent avec des taches rondes de perte de cheveux sur le cuir chevelu. D’autres modes d’engagement comprennent ophiasis (perte de cheveux sur le dos et les côtés du cuir chevelu), motif diffus (diminution de la densité des cheveux tout au long du cuir chevelu), l’alopécie totale (perte totale des cheveux du cuir chevelu), et universalis alopécie (perte totale du cuir chevelu et les cheveux du corps) . changements des ongles (petites indentations, stries longitudinales, l’apparence du papier de verre) peuvent également être observés chez les patients atteints d’alopécie areata.

Habituellement, les patients ayant une expérience pelade multiples récurrences tout au long de leur vie. La majorité des patients ont des formes légères de la maladie et de récupérer complètement à moins de 1 an sans traitement. Seule une petite minorité de patients développe forme sévère de l’alopécie areata et beaucoup lâche, ou la plupart de leurs cheveux. Des tests supplémentaires ne sont généralement pas nécessaires pour diagnostiquer l’alopécie areata. L’examen physique par un dermatologue est tout ce qui est nécessaire. En cas de difficulté à établir le diagnostic, une biopsie de peau (petit morceau de peau a été enlevée du cuir chevelu et envoyé au laboratoire) peut être nécessaire.

Traitement
Depuis la destruction des follicules pileux par des cellules inflammatoires se produit profondément dans la peau, crèmes ou onguents topiques sont généralement pas efficaces. Minoxidil 5% de solution ou de la mousse peuvent être utilisés en plus d’autres traitements, mais ne sont pas habituellement de bénéficier seul.

La thérapie la plus courante pour l’alopécie areata est injections cutanées de solution corticostéroïde dilué. Ces traitements sont efficaces pour induire la croissance des cheveux dans les 4 à 8 semaines. Des injections multiples peuvent être nécessaires pour une réponse adéquate. Injections sont mieux utilisées pour la maladie limitée (une à plusieurs patches). Si une participation plus sévère est observée, d’autres traitements devraient être jugés.

thérapie de sensibilisation avec dibutyl d’acide squarique ou diphénylcyclopropénone est une option lorsque la participation du cuir chevelu est plus sévère. Dans cette méthode, le patient est fait allergique aux produits chimiques mentionnés ci-dessus. Par la suite, les demandes hebdomadaires de dibutyl d’acide squarique ou diphénylcyclopropénone produisent des rougeurs et mise à l’échelle. Cette inflammation « bonne » causée par des produits chimiques à l’extérieur est censé lutter contre l’inflammation « mauvais » causée par le système immunitaire du patient. principe similaire est utilisé dans la prescription des crèmes topiques arthralin. Ces crèmes sont irritantes. Ils sont utilisés pour induire un certain degré d’inflammation qui peut être utile pour inverser la pelade.

capsules de cyclosporine peuvent être utilisés quand tout le reste échoue. Cyclosporine a des effets toxiques sur les reins, et est un traitement de dernier recours donc.

Les références
Norris D. pelade: état actuel des connaissances. Journal de l’American Academy of Dermatology. 51: S16-7 2004 juillet

Alexander Doctoroff, D.O. F.A.O.C.D.
Chef adjoint de dermatologie,
Veterans Administration Medical Center
East Orange, New Jersey

Professeur adjoint de clinique de médecine,
Université de médecine et de dentisterie du New Jersey

www.metropolitanderm.com

L’acné vulgaire est une maladie inflammatoire de la peau qui apparaît comme les pores bouchés (points noirs et blancs), les boutons, et profonds morceaux enflammés (kystes). L’acné peut se produire sur le visage, le cou, le dos, la poitrine, les épaules et les bras. La maladie est très fréquente chez les adolescents. En fait, la plupart des adolescents ont une certaine acné. Habituellement, l’acné diminue au fil du temps, et tend à disparaître au début des années vingt. Cependant, les adultes dans leurs années 20, 30, 40 ou plus peuvent encore souffrir de l’acné.

La sécrétion d’androgènes (hormones mâles trouvés chez les garçons et les filles) augmente au cours de l’adolescence. Les androgènes font les glandes sébacées (ou glandes sébacées) de la peau deviennent plus grandes et produisent plus de pétrole. Pour hydrater la peau, l’huile doit atteindre la surface de la peau par un canal étroit relié à un follicule pileux. Le canal débouche sur la surface de la peau et est bordée par les cellules de la peau. Chez les patients acné, ces cellules ne jettent pas normalement. Ils collent ensemble et branchez le pore.

Maintenant grande quantité d’huile produite dans la peau ne peut pas sortir sur la surface de la peau. Les bactéries (Propionebacterium acnes) poussent dans les glandes sébacées et de faire des produits chimiques qui stimulent l’inflammation. Rougeur, enflure, et du pus apparaissent, entraînant des boutons et des kystes. La sévérité de l’acné dépend de votre constitution génétique. En d’autres termes, certaines personnes ont pour la plupart des pores et quelques boutons branché. D’autres patients ont branché pores, beaucoup de boutons de chatte, et les kystes profonds.

Maintenant grande quantité d’huile produite dans la peau ne peut pas sortir sur la surface de la peau. Les bactéries (Propionebacterium acnes) poussent dans les glandes sébacées et de faire des produits chimiques qui stimulent l’inflammation. Rougeur, enflure, et du pus apparaissent, entraînant des boutons et des kystes. La sévérité de l’acné dépend de votre constitution génétique. En d’autres termes, certaines personnes ont pour la plupart des pores et quelques boutons branché. D’autres patients ont branché pores, beaucoup de boutons de chatte, et les kystes profonds.

mythes de l’acné.

L’acné est pas causée par les aliments que vous mangez (aliments gras, chocolat, etc.). Il est également pas causée par une mauvaise hygiène ou le manque de lavage de la peau. Masturbation ou le sexe n’a rien à voir avec l’acné. Et bronzage ne sera certainement pas effacer votre acné.

Le traitement de l’acné.

Plusieurs fois simple, over-the-counter (OTC) traitements de l’acné sont assez pour effacer la maladie. Si les produits de gré à gré ne fonctionnent pas, votre médecin peut choisir vos médicaments selon la gravité de votre acné. Lorsque vous démarrez votre régime, vous ne devriez pas attendre les résultats du jour au lendemain.
Première amélioration apparaît généralement à environ 4 semaines de traitement. Un résultat final d’une thérapie particulière est attendue à environ 3 mois d’utilisation de votre médicament. Il est important de ne pas abandonner le traitement si vous avez encore des boutons plusieurs semaines après le début de votre régime de soins de la peau.

Au fil du temps, de nombreux patients oublient d’appliquer leurs médicaments ou de sauter de prendre leurs pilules. Rappelez-vous, la seule façon que vous pouvez obtenir une peau claire est de suivre votre régime quotidien. La plupart des traitements de l’acné sont préventifs. Si vous les utilisez tous les jours, de nouveaux boutons et bosses cessent apparaître. Vous ne pouvez pas annuler une Pimple après il apparaît. Il faudra du temps pour résoudre seul. Par conséquent, vous devez utiliser vos médicaments tous les jours pour obtenir des résultats.

Au fil du temps, de nombreux patients oublient d’appliquer leurs médicaments ou de sauter de prendre leurs pilules. Rappelez-vous, la seule façon que vous pouvez obtenir une peau claire est de suivre votre régime quotidien. La plupart des traitements de l’acné sont préventifs. Si vous les utilisez tous les jours, de nouveaux boutons et bosses cessent apparaître. Vous ne pouvez pas annuler une Pimple après il apparaît. Il faudra du temps pour résoudre seul. Par conséquent, vous devez utiliser vos médicaments tous les jours pour obtenir des résultats.

Doux cas (branché pores ou comédons, et quelques boutons) peuvent être facilement gérés avec des régimes topiques (crèmes, gels, lotions, mousses, et nettoyants). La plupart des médicaments topiques acné sont «laisser sur » produits. Ils ne doivent pas être lavés après application. Nettoyants ou lavages présente exception à cette règle. Ils sont lavés de la peau juste après l’application.

Modérer acné (pores bouchés, les boutons, et de petites bosses ou papules) est habituellement traitée avec des antibiotiques oraux en plus des produits topiques. Chez les femmes, les contraceptifs oraux et les agents hormonaux (spironolactone et l’acétate de cyprotérone) peut également être utilisé. L’acné sévère (bosses ou des kystes profonds, et des cicatrices) est traitée par l’isotrétinoïne (Accutane).

Les traitements topiques

Les rétinoïdes topiques (Trétinoïne, adapalène, tazarotène) sont des agents efficaces qui agissent pour débloquer les pores et normaliser la sécrétion d’huile. Ils peuvent être utilisés pour l’acné légère à modérée. Chez certains patients, ces médicaments peuvent causer des irritations de la peau. Cela se traduit par la sécheresse, la desquamation et des rougeurs. Il est très important d’utiliser une très petite quantité de rétinoïde crème, d’un gel ou d’une lotion. Si une irritation apparaît, crèmes hydratantes topiques peuvent être utilisés conjointement avec un rétinoïde.

antibiotiques topiques
(Érythromycine et clindamycine) sont des médicaments efficaces et bien tolérés. Les deux érythromycine et clindamycine peuvent être utilisés en toute sécurité pendant la grossesse. L’inconvénient de ces agents est la résistance aux antibiotiques. Si l’érythromycine et la clindamycine sont utilisés pendant plus de 3 mois, chez de nombreux patients P. acné bactéries de la peau deviennent résistantes. Cela veut dire que l’acné ne sera plus commandé par le médicament.

Pour éviter le problème de la résistance bactérienne, les antibiotiques topiques sont le plus souvent utilisés en combinaison avec d’autres médicaments, tels que le peroxyde de benzoyle et les rétinoïdes.

Peroxyde de benzoyle
(BPO) est un médicament efficace qui tue les bactéries. La résistance bactérienne ne sont pas un problème avec le BPO. Il est connu de produire une irritation et de la sécheresse chez certains patients. Par conséquent, il est important d’utiliser seulement une petite quantité de BPO lors de l’application sur le visage. Application des hydratants est également utile pour soulager la sécheresse. Blanchissement des vêtements ou les cheveux peut se produire.


Combinaisons

Combinaison des gels et des crèmes contenant des rétinoïdes ou le peroxyde de benzoyle avec l’érythromycine ou la clindamycine topique sont plus efficaces que l’agent soit utilisé seul. Leur utilisation diminue la résistance bactérienne et améliore l’efficacité. Il existe actuellement plusieurs gels combinés et crèmes disponibles dans le commerce.

Autres produits topiques

L’acide salicylique est un ingrédient majeur de plusieurs produits OTC. Il est moins efficace que les rétinoïdes, mais aussi moins irritant. Il est préférable d’utiliser chez les patients souffrant d’acné légère lorsque les rétinoïdes topiques provoquent trop d’irritation. L’acide azélaïque a un effet doux dans l’arrêt de l’acné, mais avec une faible irritation. Il est sûr à la grossesse. Le soufre, le résorcinol et le sulfacetamide de sodium peuvent également être utilisés pour le traitement de l’acné.

ANTIBIOTIQUES ORAL

Le choix des antibiotiques par voie orale est guidée par les paramètres suivants: efficacité, résistance bactérienne, l’acceptabilité du patient, rapport bénéfice-risque, et la rentabilité.

érythromycine
est un antibiotique efficace à faible coût qui est sans danger pour les femmes enceintes. Un grand nombre de bactéries responsables de l’acné développent une résistance à l’érythromycine, ce qui le rend inutilisable dans les patients avec des bactéries résistantes. Ce médicament est capable de provoquer des effets indésirables gastro-intestinaux (diarrhée, ballonnements, etc). En outre, l’érythromycine augmente les niveaux de la carbamazépine, la warfarine théophylline, ciclosporine. Cela peut provoquer une toxicité chez les patients qui prennent ces médicaments.
Compte tenu de ce qui précède, l’érythromycine est utilisé principalement dans les femmes enceintes, les enfants et les patients allergiques aux autres antibiotiques.

azithromycine est très similaire à l’érythromycine. Il a une plus longue durée d’action, et peut donc être pris moins fréquemment. tétracycline de avantages comprennent effficacy, la sécurité, et à faible coût. Son absorption est influencée par la nourriture et du lait. Tétracycline est mieux pris sur un estomac vide, ce qui rend son utilisation peu pratique. Il peut provoquer des effets indésirables gastro-intestinaux. Tétracycline peut provoquer une décoloration brune permanente des dents chez les enfants, et est donc pas utilisé en routine pour les enfants de moins de 8 ans.

tétracycline
est principalement utilisé chez les patients sans assurance lorsque le coût est un facteur, et chez les patients qui éprouvent des effets secondaires avec la minocycline ou la doxycycline.

Doxycycline est un antibiotique efficace et sûr. Son absorption ne soit pas affecté par la nourriture. Tout comme les autres tétracyclines, la doxycycline peut causer des effets secondaires gastro-intestinaux. Il peut rarement causer une photosensibilité (des coups de soleil graves) et l’inflammation de l’œsophage (oesophagite). Les chances de cette dernière complication peuvent être minimisés en prenant la doxycycline avec un verre plein d’eau et non couché après avoir pris le médicament. Doxycycline est le médicament de choix de nombreux dermatologues lors du traitement de l’acné.

Minocycline est un antibiotique efficace connu pour provoquer une amélioration rapide de l’acné. Tout comme la doxycycline, il peut être pris avec ou sans nourriture. Il a un coût plus élevé que les autres tétracyclines. effets secondaires graves rares (lupus, hépatite, pneumonie) peuvent se produire avec la minocycline. Les effets secondaires graves sont censés se produire chez 6 patients pour 10.000 prescriptions, un très faible risque. Pourtant, les patients qui ne souhaitent pas prendre même un risque que les petits ne devraient pas prendre la minocycline. Vertigo, des étourdissements et une pigmentation foncée des cicatrices, les tibias et les avant-bras peuvent rarement être également observées avec l’utilisation de la minocycline. La minocycline est un médicament très couramment utilisé pour le traitement de l’acné.

Triméthoprime / sulfaméthoxazole est un antibiotique de type coût-efficacité, faible. Il est rarement utilisé pour l’acné, donc la résistance bactérienne est pas un problème. L’utilisation de triméthoprime / sulfaméthoxazole est limitée en raison des effets secondaires potentiellement mortelles rares (syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique). Il a également des effets très courants secondaires gastro-intestinaux (3%), et les éruptions cutanées (3%). Triméthoprime / sulfaméthoxazole interagit avec la warfarine et le méthotrexate. La plupart des dermatologues utilisent triméthoprime / sulfaméthoxazole si d’autres antibiotiques échouent.

Isotretionoin
Isotretionoin (Accutane, Sotret, Amnesteem, Claravis) est la « bombe atomique » pour l’acné. Il est un médicament anti-acné le plus puissant. La majorité absolue des patients traités par isotrétinoïne sont tout à fait clair à la fin du cours. Jusqu’à trois quarts des patients traités avec ce médicament ont jamais l’acné à nouveau.
L’isotrétinoïne est un dérivé de la vitamine A. Il réduit l’huile (sébum) la production en réduisant la taille des glandes sébacées, ce qui réduit le colmatage des follicules pileux, et la réduction de P. acné sur la peau.

Plusieurs effets secondaires limitent l’utilisation de l’isotrétinoïne. Presque tous les patients éprouvent des lèvres sèches et la peau sèche. Moins d’effets secondaires communs incluent l’amincissement des cheveux, vision floue, une infection de la peau, des douleurs abdominales, douleurs osseuses et articulaires, maux de tête, éperons osseux, des sautes d’humeur et la dépression. La liste des effets secondaires est très longue. Pourtant, la plupart des effets secondaires graves sont très rares. Les patients traités par isotrétinoïne devraient être à l’affût de quelque chose d’inhabituel (maux de tête durant plusieurs jours, l’humeur dépressive, des douleurs abdominales, etc.). Si quelque chose hors de l’ordinaire se produit, le médicament doit être arrêté. La plupart des effets secondaires sont temporaires et réversibles.
L’isotrétinoïne provoque de graves malformations congénitales chez les bébés nés de femmes qui étaient sur le médicament pendant la grossesse. Toutes les femmes en âge de procréer doivent être soit abstinents pendant le traitement isotrétinoïne, ou utiliser deux formes de contraception (par exemple, les pilules de contrôle des naissances et un préservatif).

Le cours de l’isotrétinoïne dure habituellement cinq mois. Des analyses de sang est nécessaire pendant le traitement. tests de grossesse mensuels pour les femmes sont également nécessaires. L’isotrétinoïne est pas un médicament toxique. Il n’endommage pas le foie, les reins ou d’autres organes internes. Le test le plus cliniquement importante sur un panneau de sang pendant le traitement isotrétinoïne est le niveau de triglycérides (graisses sanguines). triglycérides Parfois augmentation à des niveaux très élevés qui peuvent être dangereux.
En raison de multiples effets secondaires, l’utilisation isotrétinoïne est réservé pour l’acné kystique sévère, ou des degrés moindres de l’acné qui sont résistants au traitement. L’acné avec des cicatrices, ou acné causant la détresse psychologique peut également être traitée par l’isotrétinoïne.

hormonothérapies

Les traitements hormonaux peuvent être un élément important du traitement de l’acné chez les femmes. Un patient dont l’acné ne répond pas à la thérapie conventionnelle, dont les fusées jusqu’à chaque mois avec sa période acné, est un bon candidat pour un tel traitement. La plupart de ces femmes ont des niveaux d’hormones normales; cependant, ils peuvent encore bénéficier de thérapies à base hormonale.

Contraceptifs oraux sont les plus couramment utilisés. Ortho-Tri-Cyclen et Estrostep sont actuellement approuvés par la FDA pour la gestion de l’acné.

spironolactone est un anti-androgène (blocage des hormones mâles d’exercer leurs effets). Les effets secondaires incluent des irrégularités menstruelles, la sensibilité des seins, et les symptômes intestinaux. Il peut parfois provoquer une augmentation du taux de potassium dans le sang.

Les références:

Strauss JS. Krowchuk DP. JJ Leyden. AW chanceux. Shalita AR. Siegfried CE. DM Thiboutot. Van Voorhees AS. Beutner KA. CK Sieck. Bhushan American Academy of Dermatology R. / American Academy of Dermatology Association. Directives de soins pour la gestion de l’acné vulgaris. Journal de l’American Academy of Dermatology. 56 (4): 651-63, 2007 avril

Alexander Doctoroff, D.O. F.A.O.C.D.

Chef adjoint de dermatologie, Veterans Administration Medical Center
East Orange, New Jersey
Professeur adjoint de clinique de médecine,
Université de médecine et de dentisterie du New Jersey.
www.metropolitanderm.com

Professeur et Président du Département de Dermatologie
Philadelphia College of Osteopathic Medicine
Philadelphie, Pennsylvannia
www.adaltd.com

RELATED POSTS

Laisser un commentaire